Matériaux pour définir “crayonner”

Recherche dans les dictionnaires historiques du français

 

Pas d’attestation dans le Dictionnaire du Moyen Français, dans le La Curne (XIe siècle)

Dictionnaire de Furetière (1690)

v. act. Tracer, marquer avec du crayon, faire un portrait avec du crayon. Voilà qui est crayonné de la main d’un tel.

Il signifie aussi, Esbaucher un ouvrage, le croquer, le dessiner grossièrement, pour le mettre par après au net.

Dictionnaire de l’Académie française, 4e éd. 1762

Dessiner avec du crayon. Crayonner une tête, un bras, une main, un arbre. Il signifie aussi, Dessiner grossièrement, mettre seulement les premiers traits. Cela n’est que crayonné.

Littré, 1872

1° Esquisser, dessiner au crayon. Crayonner une tête. Il ne fait encore que crayonner son tableau. Qu’il crayonne une maison sur une maison, un arbre sur un arbre, un homme sur un homme, afin qu’il s’accoutume à bien observer les corps et leurs apparences, J. J. ROUSS. Ém. II.

2° Fig. Souventefois le ciel en ses augures De nos maux à venir crayonne les figures, MAIR. Soliman, II, 2. Ce roi…. Voulut bien que ma main crayonnât ses exploits, BOILEAU Épît. X. Dont je veux bien ici te crayonner l’histoire, ID. Sat. X. Insipide écrivain, qui crois à tes lecteurs Crayonner les portraits de tes trois Imposteurs, D’où vient que, sans esprit, tu fais le quatrième ? VOLT. Ép. 97. Ce Corneille qui crayonna L’âme d’Auguste, de Cinna, De Pompée et de Cornélie, VOLT. le Temple du goût.

Tracer, écrire rapidement. Il ne fit que crayonner sa réponse aux objections.

Dictionnaire de l’Académie française, 8e éd. 1932

Dessiner avec du crayon. Crayonner une tête, un bras, une main, un arbre. Il signifie aussi Dessiner sommairement, marquer seulement les premiers traits. Cela n’est que crayonné. Fig., Je vais vous crayonner le caractère de cet homme.

Trésor de la langue française, TLFi, 1994

A.− Tracer au crayon (ou avec un instrument analogue).

1. [Le compl. d’obj. désigne le résultat de l’opération : dessin ou quelque chose d’écrit]

a) Dessiner ou écrire au crayon (ou avec un matériau analogue). Crayonner un portrait; crayonner des chiffres, des hiéroglyphes. Crayonner des caricatures et des costumes (Vigny, Mém. inéd.,1863, p. 170).Le peintre, qui crayonnait des esquisses, cherchant toujours un sujet nouveau (Maupass., Fort comme la mort,1889, p. 89).Cette note crayonnée sur un bout de papier (Barrès, Cahiers,t. 8, 1910, p. 138).

− [Avec méton. du compl. d’obj.] Caruso avait la manie de crayonner ses hôtes (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 188).

Emploi abs. Dans sa pratique, il [Rembrandt] ne peignait, ne crayonnait, ne gravait comme personne (Fromentin, Maîtres autrefois,1876, p. 379).

P. métaph. Le soir a sorti ses fusains, crayonne à la surface l’image renversée des aulnes (H. Bazin, Bur. mariages,1951, p. 135).

b) Dessiner dans les grandes lignes ou écrire rapidement. Crayonner un schéma, un mot. Écrire sa préface par morceaux, par phrases crayonnées en voiture, en mangeant, dans des cafés, dans les coulisses (Goncourt, Journal,1865, p. 228).L’incomparable portrait dont la tête seule est peinte (…) le reste étant simplement crayonné, indiqué de quelques traits sommaires (A. Michel, Peint. fr. XIXes.,1928, p. 20):

1. Elle était gentille, pas jolie, une ébauche de femme où il y avait de tout, une de ces silhouettes que les dessinateurs crayonnent en trois traits sur une nappe de café après dîner entre un verre d’eau-de-vie et une cigarette. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Mouche, 1890, p. 1340.

2. [Le compl. d’obj. désigne une surface] Faire des traits ou des marques de crayon sur, écrire sur. Voilà qu’on a repris mon volume au ministère et qu’on le crayonne de rouge (Goncourt, Journal,1877, p. 1184).Luce munie de ses manchettes crayonnées, Marie de son tube de papier roulé, Anaïs de son atlas minuscule (Colette, Cl. école,1900, p. 217).Crayonner les murs (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 149).

Spéc. Passer un crayon de maquillage sur. Rien de plus piteux qu’un œil crayonné dont le charbon s’efface de travers? (Louÿs, Aphrodite,1896, p. 140).

B.− P. anal. Décrire, dépeindre, exposer à grands traits. L’Europe d’il y a deux cents ans, dont nous avons crayonné le tableau en commençant (Hugo, Rhin,1842, p. 465).Il [Sawo] était, comme dit Gavarni qui les a si incroyablement bien crayonnés, de la « race pâle des voyous de Paris » (Cendrars, Homme foudr.,1945, p. 66):

2. … des lecteurs (…) désirant qu’on leur crayonne en lignes saillantes les principaux traits de la physionomie littéraire de l’écrivain dont on leur parle ou de son histoire; demandant à être intéressés par quelques couleurs vives et tranchées plutôt que par un tableau complet et soigné dans ses moindres parties. Tocqueville, Correspondance[avec Gobineau], 1844, p. 75.

Emploi pronom. (à valeur passive). Rien qu'(…) à les [des volumes] parcourir en tous sens, le portrait [du comte de Clermont] se crayonne et s’achève de lui-même en nous (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 11, 1863-69, p. 114).

Rem. 1. Renard (Journal, 102, p. 719) semble avoir employé le mot, au sens B, avec une connotation satirique : On me prête des ambitions politiques. On n’ose pas m’approcher de trop près, de peur d’être « crayonné ». 2. On rencontre ds la docum. le part. passé crayonné, ée, en emploi adj. La race de Hambourg et la race campine, dite Hambourg crayonné, vu que les plumes chez le coq sont d’un blanc pur crayonné de noir (Coupin, Animaux de nos pays, 1909, p. 72).

Prononc. et Orth. : [kʀ εjεne], (je) crayonne [kʀ εjɔ ̃n]. Transcrit avec [e] fermé ds Fér. 1768, Fér. Crit. t. 1 1787 qui rejette l’orth. craïon(er) de Richelet notant la prononc. [kʀajɔ ̃-]. On sait que la prononc. de -ay- a flotté entre [aj] et [εj] jusqu’à la fin du xvies. (cf. Bourc.-Bourc. 1967, § 90 III). [e] fermé également ds Gattel 1841 mais non ds Land. 1834 qui donnait pourtant ce timbre pour crayon. Le verbe est attesté ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1584 « dessiner, esquisser, représenter » (Du Bartas, IIeSepmaine, I, 587 ds Revue pour l’histoire du français moderne, t. 5, p. 73 : Le langage ne le peut concevoir, crayonner, exprimer); 2. 1826 « faire des traits de crayon sur, griffonner sur » pages crayonnées (Chateaubr., Natchez, p. 352). Dér. de crayon*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 125. Bbg. Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, pp. 25-26. − Goug. Lang. pop. 1929. p. 61.

 

Dictionnaire de l’Académie française, 9e éd. 2013

XVIe siècle. Dérivé de crayon.
1. Dessiner au crayon. Crayonner une tête, une main, un arbre. Une silhouette crayonnée sur une page de carnet.
2. Dessiner sommairement, esquisser. Crayonner les grandes lignes d’un paysage. Crayonner un croquis, une caricature. Cela n’est que crayonné. Fig. et vieilli. Représenter sommairement. Je vais vous crayonner le caractère de cet homme. Crayonner à grands traits un épisode historique.
3. Couvrir de traits de crayon. Crayonner une page, un album.