Entretien avec Marianne Jakobi autour du projet DIGA

Propos recueillis par Juliette Eyméoud

Lundi 15 juin 2015, nous rencontrons Marianne Jakobi, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand et membre de l’équipe Génétique Artistique de l’ITEM. Spécialiste de titrologie, cette chercheuse participe au projet DIGA dont elle nous a parlé dans lors de cette rencontre. 

M. Jakobi, J. Dieudonné, Dubuffet, Editions Perrin, 2007

M. Jakobi, J. Dieudonné, Dubuffet, Editions Perrin, 2007

C’est dans le cadre de son DEA que Marianne Jakobi se confronte, pour la première fois, à la question du titre. À travers l’exemple particulier de Jean Dubuffet, elle s’intéresse au processus d’élaboration des titres. Dubuffet est le seul artiste, avec Picasso, à avoir réalisé un catalogue raisonné de son œuvre, en pratiquant ce qu’il nomme lui-même la titraison. Allocataire monitrice à l’université de Paris 1-Sorbonne, Marianne Jakobi donne alors une nouvelle ampleur à la question des titres en créant une base de données pour répertorier près de 10 000 œuvres de Dubuffet. C’est à cette époque que la génétique artistique intègre et renouvelle son travail de doctorat. Pierre Marc de Biasi et Ségolène Le Men lui proposent alors de codiriger un séminaire de l’Ens, intitulé « La fabrique du titre » ; séminaire dont les conclusions ont été publiées chez Cnrs-Editions en 2012.

Après une HDR sur la genèse du titre contemporain chez Gauguin et Signac, elle obtient le statut de professeur des universités. Ce travail interroge un moment historique au cours duquel on passe d’un rôle instrumental du titre à un véritable geste artistique. Dans les années 1880, les artistes s’emparent de la dimension visuelle du titre en l’inscrivant à même la toile. Chez Gauguin, notamment pour les œuvres de sa période tahitienne, la question du titre est fondamentale : il joue avec ses versions chromatiques et visuelles, nomme ses peintures dans une langue inconnue du public parisien… Signac, quant à lui, met en place un système d’intitulation très marqué par la musique ; ses toiles sont des opus numérotés qui portent en eux une réflexion sur la sérialité.

Aujourd’hui membre de l’Observatoire du titre, Marianne Jakobi a co-organisé il y a peu un colloque international « Ceci n’est pas un titre », dont une des sessions a eu lieu à Bruxelles et qui était le fruit d’une collaboration entre le musée Magritte et l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Ce colloque a donné lieu à une publication collective en décembre 2014, dirigée par Laurence Brogniez, Cédric Loire et Marianne Jakobi.

De passage à Paris, Marianne Jakobi a bien voulu répondre à quelques questions concernant la génétique en arts et le projet DIGA auquel elle participe, en parallèle à ses recherches.

Qu’attendez-vous du projet DIGA ?

M.J. C’est important de faire le point sur les processus de création. Il n’y a jamais eu de recherches exhaustives sur les notions, les concepts. Ce projet est donc quelque chose d’absolument nécessaire.

Prendre en compte la dimension internationale et la dynamique des notions en fonction des aires culturelles, me semble primordial. Cela permettra des avancées importantes dans le milieu de la recherche. Je souhaite que DIGA soit un outil de transferts, de partages de connaissance entre les universitaires et le monde des musées, le marché de l’art. Ce projet doit devenir une entrée pertinente, un outil de référence incontournable pour constituer des passerelles entre ces différents acteurs du monde artistique. Il devrait permettre des consensus terminologiques entre ces mêmes acteurs.

Du point de vue de la génétique, DIGA va faire avancer l’histoire de l’art car la base de données offrira une perspective historique des notions, tout en les actualisant pour bien montrer l’état actuel de la recherche.

Selon vous, la génétique artistique est-elle suffisamment représentée dans le milieu universitaire ?

M.J. Il est vrai que cette méthodologie est encore très récente. L’équipe du Cnrs chargée de ces questions est, elle aussi, très jeune. Mais les choses évoluent. Il y a quinze ans, lors de mes premiers travaux, personnes n’en avaient entendu parler. Aujourd’hui, la génétique rencontre un public plus nombreux et mieux informé. Certains historiens de l’art s’y opposent d’ailleurs frontalement car ils conçoivent leur discipline de manière traditionnelle ; la génétique, fruit du post-structuralisme, les dérange. D’autres sont sensibles à ce questionnement qui renouvelle notre discipline. Ces dernières années, j’ai été appelée à siéger à cinq jurys de thèse.

Pour enrichir DIGA, pourriez-vous nous conseiller la lecture de quelques écrits d’artiste ?

M.J. Dans le cadre de la génétique, il est très intéressant d’étudier les artistes qui ont un rapport à l’archive, à la conservation. Je vous conseille donc la correspondance de Dubuffet (publiée chez Gallimard). Vous devriez également consulter la base de données de l’INHA, Gael, qui présente un répertoire des lieux de conservation d’archives. Le site Pictoriana, créé par l’université de Bruxelles et notamment Laurence Brogniez, offre également une large documentation. Il recense les écrits d’artistes belges : correspondances, journaux, notes d’ateliers, entretiens (réels ou fictifs), manifestes… Enfin, je vous conseille de jeter un œil au colloque de 2002 sur les écrits d’artiste post-1940.

Quels mots souhaitez-vous voir apparaître dans la base DIGA ?

M.J. Evidemment mon champ de recherche personnel me porte à privilégier le vocabulaire critique concernant l’univers génétique du titre et tous les concepts ou vocabulaires techniques qui touchent les relations entre écriture et genèse de l’œuvre. Il faudrait par exemple définir le concept titre ou d’intitulation « générique », en proposant des sous-catégories : portrait, autoportrait, paysage, nature morte… et bien entendu en précisant la chronologie historique de ces notions, leur émergence, leurs métamorphoses à l’époque contemporaine, leur statut et leur avenir aujourd’hui… Est-il forcément pertinent d’individualiser chacune de ces sous-catégories ? Peut-être si on parvient à en reconstituer précisément l’histoire , avec des exemples significatifs. C’est une façon classique de penser les titres, mais qui a joué un rôle essentiel et qui continue à être fortement représenté dans les inventaires, les expositions et les catalogues… Il faut surtout assurer une cohésion théorique et historique à ce double concept de « titre générique » (pour la genèse d’œuvres ainsi intitulées, du côté des études de cas) ou d’ « intitulation générique » (pour définir le « processus » – qui, quand, comment, pourquoi ? – aboutissant à ce choix terminologique). Ce n’est qu’un exemple.