Ilaria Andreoli et le défi de la génétique artistique

Propos recueillis par Alice Legé

Ilaria Andreoli est docteur en histoire de l’art moderne, elle enseigne l’Histoire et techniques de l’illustration à l’Université de Caen, au sein du master en Éditions et mémoire des textes.

Ilaria Andreoli, Exercices furieux, 2013

Ilaria Andreoli, Exercises furieux, 2013

Membre de l’équipe d’Histoire de l’art, processus de création et genèse de l’œuvre de l’ITEM, elle est spécialisée en histoire de la gravure et de l’illustration du livre à la Renaissance. Après une maîtrise en Histoire de l’art moderne, un diplôme de spécialisation en Histoire de l’art médiévale et moderne à l’Université de Gênes et un DEA en Histoire moderne de l’Université Lumière Lyon 2, elle a soutenu une thèse codirigée par l’Université de Lyon et l’Université Ca’ Foscari de Venise.
Grâce à de nombreuses bourses de recherche en Europe et aux États-Unis (dont celles de la Ville de Paris, de l’Houghton Library et de Villa i Tatti de l’Université de Harvard ou celle du Centro Vittore Branca de la Fondazione Cini de Venise) elle a pu étudier et rassembler un important corpus à propos du passage du manuscrit à l’imprimé, de la relation entre le texte et l’image, ou encore de la circulation en Europe des modèles dans la xylographie dans le premier siècle de l’imprimerie. Elle a partiellement exploité ce corpus dans ses nombreux articles.


Parmi ses autres expériences, le séjour à la Villa i Tatti, a permis à Ilaria Andreoli de travailler sur un projet éditorial consacré à l’histoire de l’illustration du livre florentin à la Renaissance et en particulier à ses relations avec le dessin et l’orfèvrerie florentine entre la fin du Quattrocento et le début du Cinquecento.
Sans jamais oublier les sources littéraires contemporaines, Ilaria Andreoli a souvent pu s’appuyer et se confronter avec les précieuses publications de chercheurs tels que Luigi Grassi, Gianni Carlo, Lizzie Boubli et Carmelo Occhipinti. En 2012, elle est intervenue au séminaire de l’ITEM-ENS sur le thème « Comment dire la genèse des œuvres d’art ». Dans ce cadre elle a présenté une intervention sur « ‘Le dessin père des arts’: Terminologie génétique de l’œuvre d’art dans la littérature artistique italienne (XVe-XVIe siècles) ». En 2013-2014 grâce à une bourse Fernand Braudel de la FMSH elle a continué à travailler sur le même sujet tout en participant en qualité de coordinatrice scientifique au projet DIGA au sein de l’ITEM.

Question : Comment définiriez-vous la génétique artistique ?
Ilaria Andreoli : Un défi. Je ne suis pas spécialiste de littérature, mais l’aspect visuel des manuscrits d’auteur m’a toujours fait penser au dessin! Malgré cette similitude, je crois que l’approche génétique de l’œuvre d’art nécessite une discipline propre, avec des instruments et des approches qui tiennent compte de la spécificité des arts figuratifs. La période dont je m’occupe est particulièrement délicate, parce que la voix de l’artiste n’est pas aussi présente qu’à partir du XIXème siècle. À mes yeux, le défi est donc dans la construction d’une discipline qui puisse obtenir des résultats aussi remarquables que ceux qui ont été obtenus par l’histoire et la critique littéraires, tout en respectant les valeurs propres de la discipline historico-artistique.
Les séances de la première année de séminaires autour de DIGA ont bien mis en évidence les très grandes potentialités du projet, mais aussi les difficultés à résoudre de manière diachronique et transdisciplinaire, surtout lorsque nous nous mesurons à des média aussi différents que le dessin, la peinture, la sculpture, ou la photographie. Dans mon propre domaine, qui est celui de l’illustration du livre, l’application de la génétique artistique s’avérerait très intéressante pour suivre les étapes de la fabrication d’une illustration – de la réception du texte à la réalisation du dessin préparatoire qui en donne une version graphique, puis à celle de la matrice et à celle de l’impression – avant d’analyser la relation que l’image engage avec le texte dans des contextes linguistiques et/ou géographiques souvent bien différents.

Question : Qu’attendez-vous du projet DIGA ?
Ilaria Andreoli : Je voudrais que ce projet arrive à engager des spécialistes d’horizons, de formations, de langues et de cultures très diverses. En travaillant en concerto il sera possible de développer de nouvelles approches de l’œuvre d’art capables de montrer au grand public ce qu’est la réalité de l’œuvre d’art, dès sa conception à sa réalisation matérielle. DIGA pourra fournir les outils nécessaires à identifier les phénomènes d’invention et d’élaboration personnelles, qu’ils soient conscients ou non, en les rattachant à des modèles antérieurs, en passant par le discours de l’artiste lui-même, du critique ou de l’historien de l’art.
La mise en œuvre d’une base de données devrait provoquer un échange authentique autour des mots et des concepts artistiques traités, en ouvrant la voie à une élaboration collective qui passerait par des séminaires et des colloques où pourront intervenir des personnalités intéressées par le projet, et bien sûr par des publications.