Matériaux pour définir le concept de Schizzo (italien)

Il s’agit d’une image rapidement exécutée, qui ne correspond pas à une technique particulière. En quelques signes graphiques, ou « macchie » en clair‐obscur, l’artiste fixe une première idée, une première «invenzione » que son imagination lui suggère. La signification de notation mnémotechnique, de « noyau » imaginatif qui est caractéristique des schizzi les place à l’origine même du processus artistique, avant l’abbozzo. Sa technique plus élémentaire, plus globale, oppose le schizzo à l’abbozzo, mais l’un et l’autre se trouvent dans le même rapport à l’oeuvre achevée. Entre l’ultime état de celle‐ci et le schizzo le lien n’est jamais rompu.

Dans son incomplétude et sa fluidité formelle, dans l’enchevêtrement de ses traits, de ses lignes et de ses «macchie » ce lien se révèle: à travers le schizzo l’artiste suggère une multiplicité de résolutions possibles d’une même image, dont celle qui prévaudra. Leonardo n’utilise pas le mot schizzo tout en y faisant allusion lorsqu’il parle de macchie originelles, de «belle invenzioni di varie cose » à partir desquelles le peintre devra composer «grossamente » en s’éloignant de la vision analytique.

Récurrences  :

Dans une lettre daté octobre 1546, le duc de Ferrare Hercule II demanda à son frère le cardinal Hyppolyte, qui résidait à l’époque à Fontainebleau en tant que membre de la cour, d’obtenir du roi François Ier des instructions sur la meilleure façon de faire représenter à fresque, sur le murs d’une villa aux alentours de Ferrare, un épisode de la fameuse bataille de Marignan, dont le roi avait été le victorieux protagoniste. Dans la réponse envoyé par Hyppolyte à son frère, on retrouve le terme « schizzo », en référence à l’idée que Primatice aurait dû traduire dans un dessin à envoyer à Ferrare pour satisfaire la requête du duc.

« Sua maestà mi disse che invero la non ne aveva nessun schizzo, ma che l’aveva bensì ben a la mente » (C. Occhipinti, Carteggio d’arte degli ambasciatori estensi (1535-1553), Pisa : 2001, lettres du 16 octobre 1546 et du 29 décembre 1546)

Le dessin réalisé par Primatice devait donc fixer la composition de la scène de bataille, définissant sur le papier l’invention que, conçue par le roi et esquissé par le peintre, aurait été réalisée par d’autres artistes.

A cette date, au terme « schizzo » correspondait en Italie un concept déjà largement attesté et même en dehors du monde des botteghe. Dans la théorie comme dans la pratique artistique italienne, « schizzo » avait acquis une signification très précise par rapport à l’identification et l’appréciation des premiers stades du processus créatif, les manifestations les plus spontanées du « furor » de l’artiste.

Vasari, le premier à élaborer une classification complexe des dessins, illustrait déjà dans l’édition 1550 de ses Vite (Torrentina), les différentes acceptions

« degli schizzi, disegni, cartoni et ordine di prospective, e per quel che si fanno et a quello che i pittori se ne servono »

pour fonder ensuite, dans l’édition 1568 (Giuntina) une véritable théorie dans laquelle confluaient les suggestions tirées de Léonard et de Michel-Ange, et tout l’héritage de la tradition florentine et albertienne. Les « schizzi » y étaient bien distincts dès « profili, dintornii o lineamenti », caractérisés par un dessin de contour plus précis et incisif, généralement exécuté avec un lapis rouge ou un crayon noir.

« Quelli che sono tocchi leggiermente et a pena accennati con la penna o altro, si chiamano schizzi. […] Gli schizzi, de’ quali si è favellato di sopra, chiamiamo noi una prima sorte di disegni, che si fanno per trovare il modo delle attitudini et il primo componimento dell’opra. E sono fatti in forma di una macchia et accennati solamente da noi in una sola bozza del tutto. E perché dal furor dello artefice sono in poco tempo con penna o con altro disegnatoio o carbone espressi solo per tentare l’animo di quel che gli sovviene, perciò si chiamano schizzi. » (G. Vasari, Le vite de più eccellenti pittori scultori e architettori, a cura di P. Barocchi e R. Bettarini, Firenze : 1966-1987, I, p. 117 et 112, II, p. 31 et 1899)

Le concept est particulièrement important dans les traités vénitiens:

«darle chiari, et scuri à tutte le cose, il qual modo voi l’addimandate schizzo» (Paolo Pino, Dialogo di pittura, Venezia: 1548, p. 114)

« Voglio ancora avertire che, quando il pittore va tentando ne’ primi schizzi le fantasie che genera nella sua mente la istoria, non si dee contentar d’una sola, ma trovar più invenzioni e poi fare la iscelta di quella che meglio riesce, considerando tutte le cose insieme e ciascuna separatamente » (Ludovico Dolce, L’Aretino o Dialogo della pittura, Venezia: 1557, p. 170)

Ilaria Andreoli