La génétique et le dessin avec Eric Pagliano

Le plaisir au dessin, exposition au musée des Beaux Arts de Lyon du 12 octobre 2007 au 14 janvier 2008 par Eric Pagliano, Sylvie Ramond et Jean-Luc Nancy commissaires d'expositions

Le plaisir au dessin, exposition au musée des Beaux Arts de Lyon du 12 octobre 2007 au 14 janvier 2008 par Eric Pagliano, Sylvie Ramond et Jean-Luc Nancy commissaires d’expositions

Par Marion Herbaut 

Lundi 8 juin 2015, nous rencontrons Eric Pagliano, conservateur au C2RMF, connaisseur et membre de l’équipe Histoire de l’art. Processus de création et genèse de l’oeuvre de l’ITEM.

Il étudie le dessin depuis plus de quinze ans. Après sa formation à l’INP, il est nommé conservateur au Musée des Beaux Arts d’Orléans. Il étudie et inventorie le fond de dessins italiens légué en 1922 par Paul Fourché. En 2003 il organise l’exposition De Venise à Palerme : dessins italiens du musée des beaux-arts d’Orléans avec plus de quatre cent dessins ainsi que Plis et drapés dans les dessins français des XVIIeme et XVIIIème siècles du musée des beaux-arts d’Orléans en 2005.

Pensionnaire à l’INHA, il est alors chargé de collecter les dessins  pour l’exposition Le plaisir au dessin avec Jean-Luc Nancy et Sylvie Ramond en 2007 au Musée des Beaux Arts de Lyon. Il publie un article sur la rature dans le dessin, en contrepoint de la notion de plaisir. Lors de la préparation de cette publication il découvre un article de Pierre-Marc de Biasi et s’intéresse à la génétique artistique et littéraire.

Il est nommé pensionnaire à la Villa Médicis et étudie le fonds de dessins du Musée Fabre à Montpellier. Il souhaite continuer dans cette voie en poursuivant l’étude initiée par le groupe de recherche de l’ITEM sur le corpus de dessins d’Ingres du Musée de Montauban.

Comment définiriez-vous la génétique artistique ?

Eric Pagliano

La génétique artistique est l’étude des processus de création à travers des éléments appartenant à divers dossiers constitués de dessins qu’il s’agit d’attribuer de manière critique et de tout autres pièces exogénétiques. L’enjeu principal est d’établir des temporalités et des phases de création.
Dans la génétique artistique tout reste à faire concernant la peinture. Dans le travail de Perino del Vaga par exemple, on constate de nombreux emprunts à Michel Ange. Cette référence digne d’être montrée est le plus souvent lisible et reconnaissable dans une volonté d’hommage alors que pour d’autres emprunts le modèle d’origine n’est plus visible.

Ce rapport de modèle implique un lien d’inféodation : le modèle  cité se situant dans une position hiérarchique de supériorité par rapport à l’artiste qui l’invoque. Ce rapport peut également s’établir dans l’antagonisme et la rivalité. On peut se servir d’une forme exogène dans une perspective polémique. Ces deux dimensions complexifient le rapport à la source.

Des dessins peuvent également migrer d’un dossier génétique à un autre. Vers 1550 Michel-Ange donne un de ses dessins à Daniele da Volterra. Michel-Ange avait employé ce modèle dans La bataille de Cascina  en 1504 alors que Daniele da Volterra l’utilise pour un saint Jean-Baptiste. Le sens d’une figure diffère selon le contexte iconographique où elle est employée. On retrouve cette idée lorsque Parmesan utilise le modèle d’une Venus pour en faire une Eve dans l’église de la Steccata à Parme, il y a donc une migration d’une iconographie profane vers une iconographie sacrée.

Qu’attendez-vous du projet DIGA ?

Eric Pagliano 

J’attends de ce projet qu’il permette de faire dans le domaine des arts graphiques ce que les critiques généticiens ont fait dans le domaine littéraire. Il faut se poser la question des termes. En génétique littéraire, il y a trente ans de pratique alors qu’en génétique artistique les termes concernant les arts graphiques n’existent pas encore ou ne sont pas fixés. Le projet d’une base de données me semble plus adapté qu’un dictionnaire, ce dernier sanctionnant des pratiques et des usages courants de terminologies, ce qui n‘est pas le cas en génétique artistique. Le brouillon littéraire n’a jamais été considéré comme une oeuvre d’art, à l’inverse du dessin, et ce, depuis Vasari. Remettre en cause ce statut d’icône à la valeur symbolique et vénale ne se fait pas sans difficulté et la génétique artistique, recherche essentiellement française concentrée à l’ITEM, se heurte à ce contexte de pensée. Le projet DIGA pourrait permettre d’étendre la visibilité et l’écho de ces recherches au-delà du cercle étroit des connaisseurs.