La génétique artistique et photographique, compte rendu de l’entretien avec Monique Sicard

Genesis, 40, 2015, Photo-graphies, textes réunis et présentés par Monique Sicard

Genesis, 40, 2015, Photo-graphies, textes réunis et présentés par Monique Sicard

Propos rapportés de l’entretien par Marion Herbaut

Mercredi 27 mai 2015, nous rencontrons Monique Sicard pour échanger quelques propos sur la génétique photographique et sa place dans le projet DIGA.

Monique Sicard est chercheur au CNRS et responsable de l’équipe de recherche Genèse des arts visuels (photographie et cinéma) à l’ITEM. Elle partage avec nous son parcours : ancienne élève de l’ENS, agrégée de l’Université, elle a soutenu une thèse de Lettres et Sciences Humaines mention Philosophie :  « L’image comme preuve : essai critique sur les relations entre images et science ». De ses expériences dans la muséographie et le cinéma, elle garde des compétences pratiques complémentaires de son travail de recherche actuel.

Qu’est ce que la génétique des arts visuels ?

Monique Sicard : La génétique en arts visuels est l’analyse critique des processus de créations qui concernent une image photographique, une série photographique, un film…. Cette étude s’effectue  à partir des traces matérielles laissées par cette création, mais aussi – lorsque les auteurs sont en vie – à partir d’entretiens approfondis, de visite des ateliers, des laboratoires, des lieux de la prise de vue. L’enjeu de la génétique en photographie est de montrer que le processus de création est un temps long et non un instantané. Il s’agit de rendre hommage aux auteurs photographes à une époque où ils sont insuffisamment reconnus et connaissent des difficultés directement liées aux nouveaux outils numériques (diminution des droits d’auteurs, des prix de vente des photographies.

Qu’est ce que vous attendez du projet DIGA ?

Monique Sicard : Des rencontres humaines avec les collègues du groupe de recherche et les stagiaires. J’attends qu’il nous offre accès à la parole même des artistes, à leurs métiers et leurs pratiques. J’attends qu’il nous fasse découvrir l’histoire des concepts liés, des mots utilisés, qu’il enrichisse ces mots en se penchant sur leur origine, mais aussi en les dotant d’un sens nouveau –génétique – qui en fasse des outils pour comprendre, restituer et interpréter avec clarté les processus de genèse de l’œuvre. J’attends bien sûr du projet DIGA qu’il participe à une connaissance sur la création mais également qu’il soit porteur de récits : raconter, savoir raconter est une activité primordiale en matière de transmission du travail de recherche, mais aussi dans le développement du goût pour les arts.

J’espère enfin rencontrer là un travail graphique original qui donnera envie de lire des textes qui devraient être disponibles sur support écran.

Quelle est la place de la génétique dans votre travail ?

Monique Sicard : La génétique occupe là une place centrale puisqu’elle soulève la question des intentions, des processus de la création, qu’elle prend en compte la spécificité du medium (ici photographique). Dans un contexte d’omniprésence de l’image, comprendre ses enjeux culturels, économiques, politiques ou sociaux est un puissant stimulant, une nécessité, presque une urgence. L’approche théorique proposée par la génétique est un outil remarquable. Cette dernière facilite la connaissance des auteurs et de l’acte créatif.  Notre équipe de recherche développe ainsi des réseaux actifs avec les artistes. Les échanges s’effectuent non seulement d’eux vers nous mais également de nous vers eux.

Ces travaux de recherche génétique devraient conduire à une autre lecture des images que celle qui est pratiquée couramment. A l’heure où rien ne semble plus aisé que de capter le monde à l’aide d’un smartphone, il est important que nous ayons conscience de ce qui est ainsi produit.