ITEM, Équipe « Histoire de l’art: processus de création et genèse de l’œuvre », compte-rendu de la réunion du 4 mars 2015, à l’ENSBA

Par Ilaria Andreoli et Pierre-Marc De Biasi

Sujets traités:
1) Présentation des invités
2) Exposé de Lizzie Boubli: le dessin italien

Présents: Ilaria Andreoli, Lizzie Boubli, Pierre-Marc De Biasi, Pascale Cugy, Itzhak Goldberg, Anne Herschberg Pierrot, Marianne Jakobi,  François-René  Martin,  Eric Pagliano, Anne Ritz-Guilbert, Richard Walter.
Excusés : Sandrine Doré, Ségolène Le Men, Monique Sicard, Henri Zerner.

1) Après un tour de table, Pierre-Marc De Biasi présente quatre invités:
– Mme Olfa Meziou Baccour, professeur à l’université de Carthage et spécialiste de génétique en architecture, invitée par l’ENS et l’ITEM dans le cadre du Labex TransferS.
– Trois stagiaires chargées de l’enrichissement des contenus de la base des données DIGA dans les mois à venir : Juliette Eyméoud (avril-juin) EHESS, Marion Herbaut (avril-juin) École du Louvre et Alice Legé (mai-juillet) École du Louvre.

2) Lizzie Boubli a ensuite présenté les grandes lignes de son livre en cours de rédaction pour une publication par CNRS éditions, L’Invention de l’esquisse dans l’Italie de la Renaissance.
Aborder l’esquisse à la Renaissance peut paraître relativement simple car cette figure du dessin est très connue, courante et bien identifiée. Pourtant il n’a pas été si évident de la traiter ni même de la reconnaître. On est souvent trompé par une figure de l’esquisse véhiculée par notre époque, qui a cherché à mettre un nom sur les techniques et pratiques de la peinture et du dessin depuis les temps modernes.
Dans ce cadre, Lizzie Boubli fait référence aux pays du Nord, et en particulier à l’Allemagne, en créant un parallèle avec l’Italie qui puisse servir d’introduction.
Trois problématiques principales peuvent mieux désigner les difficultés liées à l’identification de l’esquisse. La première concerne la difficulté d’identifier l’esquisse des autres formes du dessin et de dissocier ses traits et caractères, et cette difficulté est prioritaire avant de pouvoir mieux cerner le sujet. La seconde est liée à des questions d’ordre sémantique: est-il adéquat d’appliquer le terme « esquisse » à cette forme du dessin ou y-a-t-il d’autres occurrences possibles, envisageables dans le cadre des définitions? Enfin, les questions liées aux méthodes d’analyse de l’esquisse et à leur adaptation au champ spécifique de l’esquisse permettent de mieux approfondir le sujet et de pouvoir en suivre les développements.
Il était nécessaire, pour cette recherche, de discerner les limites de l’esquisse et de caractériser les éléments qui la distinguent. Plusieurs dessins de Perino del Vaga et de Véronèse montrent les difficultés de définir la frontière entre le stade de l’esquisse et un stade légèrement postérieur. Une grande partie de cette difficulté tient au mode d’écriture de certains artistes qui se caractérise par son aspect elliptique dans les feuilles les plus difficiles à distinguer. Il s’agit aussi de considérer si les origines de l’esquisse pouvaient être identifiées dès la Renaissance, à partir du XVe siècle, et si les sources textuelles correspondent plus ou moins à la pratique de l’esquisse. Pour l’origine de l’esquisse, si on met à part l’acte universel de dessiner une esquisse sur un support remontant sans doute au commencement de l’activité artistique pendant la Préhistoire, elle doit dater bien avant le XVe  siècle en Europe mais les traces apparaissent autour de 1420-1430 en Italie et un peu plus tard, vers 1470-1480, au nord des Alpes. Parallèlement, l’occurrence schizzo est utilisée dans les contrats au XVe siècle où schizzo désigne sans équivoque l’esquisse, attestant l’existence de ce terme et sa correspondance avec une pratique dessinée bien spécifique dès cette époque au moins, et sans doute auparavant.
On ne peut rappeler ici toutes les sources désignant et caractérisant l’esquisse mais il suffit de mentionner que ces textes remontent tous au XVIe siècle, avec les écrits de Francisco de Holanda, Giorgio Vasari et Giovan Battista Armenini et de quelques autres textes mineurs. Il est du reste significatif que ces textes expliquant le procédé et le désignant par un nom bien spécifique et précis appartiennent aux débuts de la théorie artistique et se préoccupent de définir les aspects les plus marquants du dessin et de sa place dans la pratique et la théorie de l’art, notamment chez Vasari et Federico Zuccaro. Ainsi le vocabulaire de l’esquisse s’enrichit, aux côtés du mot schizzo, de celui de bozza (ébauche) et de macchia (tache), tous deux étroitement associés à l’esquisse dans son apparence et ses propriétés.
Chez tous ces théoriciens, l’esquisse apparaît comme la première phase du processus de création et son caractère initial est donné par la notation des premiers traits avec un instrument flexible comme la plume et la pierre. Tous les théoriciens caractérisent l’esquisse comme une étape première marquée par la brièveté des traits et leur aspect confus. Ainsi, schizzo, bozza et macchia appartiendraient à une seule et même phase qui se distinguerait par des différences terminologiques ou d’aspect plutôt que par une succession temporelle et hiérarchique. Les différences entre ébauche et tache ne consistent pas dans une succession temporelle mais seulement dans l’aspect extérieur qui détermine l’apparence de l’esquisse. Le mot schizzo a prévalu et passe dans différentes langues (français, allemand, anglais, portugais) sans que le sens en soit changé lors de son transfert.
La méthode première a consisté à s’appuyer sur un corpus de dessins aussi vaste que possible afin d’identifier l’esquisse sous toutes les formes qu’elle pouvait prendre. Les œuvres de Léonard de Vinci, de Raphaël, de Michel-Ange, de Perino del Vaga, de Véronèse, de Barocci et de Cigoli sont déterminantes par l’amplitude des formes prises par l’esquisse. Cet aspect a donc permis de la caractériser et d’en donner les éléments essentiels qui sont le premier jet sous un aspect confus mais définissant un ordre figural. L’esquisse apparaît bien comme une phase originelle tout en ne possédant pas, du moins jusqu’au XVIIIe siècle, un statut autonome où l’esquisse peinte devient un genre en soi dans les Salons. Elle demeure encore une phase de travail avec des éléments spécifiques mais elle n’est pas dissociée en tant que telle du processus général de création, même si les théoriciens insistent sur son aspect singulier par rapport aux phases suivantes d’études de figures ou de compositions.
En fonction de la théorie artistique en vigueur depuis Alberti, l’esquisse fait bien partie de l’invention, première partie de la peinture et considéré unanimement comme la plus haute aspiration du peintre, et cet enjeu lui confère un statut privilégié où s’instaure une étroite relation entre invention, idée ou Idée (Idea), imagination, des préceptes fondamentaux dans le discours littéraire et artistique de la Renaissance. Quelques exemples d’œuvres comme la Sainte Anne de Léonard sont utiles pour comprendre combien les préceptes les plus importants de la Renaissance entrent en action pour définir les caractères de l’esquisse à l’intérieur même de ces catégories. On y a ajouté la topique du mouvement qui intervient dans le discours et dans la pratique comme l’émergence de l’animation, notion fondamentale à la Renaissance par les enjeux qu’elle implique dans l’expression des passions et des effets de la nature, autre aspect capital de la recherche artistique de cette période. C’est donc toutes ces notions, tous ces préceptes que l’esquisse interroge en tant que processus de création et en tant que symptôme d’une époque fondatrice.