ITEM, Équipe « Histoire de l’art: processus de création et genèse de l’œuvre », compte-rendu de la réunion du 30 janvier 2015, à l’ENSBA

Par Ilaria Andreoli et Pierre-Marc De Biasi

Sujets traités:
1) La Genèse du titre
2) Présentation de deux nouveaux ouvrages
3) Observatoire du titre

Présents: Ilaria Andreoli, Lizzie Boubli, Sandrine Doré, Pierre-Marc De Biasi, Pascale Cugy, Itzhak Goldberg, Marianne Jakobi, François-René Martin, Eric Pagliano, Anne Ritz-Guilbert, Richard Walter.
Excusés: Anne Herschberg Pierrot, Ségolène Le Men, Monique Sicard, Henri Zerner.

1) La Genèse du titre
La réunion a été consacrée à la problématique du titre et de la titrologie génétique.
Il s’agit d’une question sur laquelle les recherches ont été beaucoup plus nombreuses dans le domaine littéraire que dans celui de l’histoire de l’art, où les analyses théoriques les plus intéressantes relèvent de l’approche sociologique, sans se poser la question du titre comme médium de création. Mais grâce aux initiatives de notre équipe qui y a consacré un séminaire de deux années, plusieurs colloques et différentes publications, on observe depuis sept ou huit ans que cette thématique rencontre un intérêt grandissant: au total une trentaine de chercheurs ont contribué à ces travaux, en Europe comme aux États-Unis, notamment sur des sujets contemporains.
C’est Marianne Jakobi qui a initié cette recherche dans notre équipe et on lui doit de nombreuses  publications personnelles sur le sujet: des articles (parmi lesquels « Nommer la forme et l’informe. La titraison comme genèse dans l’œuvre de Jean Dubuffet in Genesis », 2004 ; « Intituler avec la langue de l’autre. Le cas Gauguin » in La fabrique du titre, 2012) mais aussi deux ouvrages: Jean Dubuffet et la fabrique du titre (CNRS éditions, 2006), Gauguin et Signac: La genèse du titre contemporain. Elle a aussi contribué avec Pierre-Marc De Biasi et Ségolène Le Men à l’organisation et à l’édition des séminaires de l’équipe à l’ENS: deux années de rencontres qui se sont traduites, en 2012, par la publication de la première somme théorique sur la genèse du titre, à CNRS éditions: La fabrique du titre (dirigé par Pierre-Marc De Biasi, Marianne Jakobi et Ségolène Le Men, Paris, 2012); enfin Marianne Jakobi vient de codiriger un nouveau volume collectif: Ceci n’est pas un titre (Fage, 2014), dont elle va nous décrire les grandes lignes avant de nous dire un mot de son « Gauguin/Signac ».

2) Présentation de deux nouveaux ouvrages

a) Laurence Brogniez, Marianne Jakobi et Cédric Loire (dir.), Ceci n’est pas un titre. Les artistes et l’intitulation, Lyon, Fage Éditions, 2014, 244 p.
Cet ouvrage est issu d’un colloque international Pouvoirs du titre. Genèse et enjeux de l’intitulation artistique à l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècles) organisé par l’Université libre de Bruxelles, l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, l’Ecole Supérieure d’Art de Clermont Métropole, l’équipe «Histoire de l’art, processus de création et genèse de l’œuvre » de l’ITEM (CNRS-ENS) et l’IUF.
De quel pouvoir le titre est-il détenteur dans la création artistique? Le présent volume aborde cette question à travers une mise en perspective comparatiste entre les arts. Artistes, écrivains et musiciens s’emparent des mots et du langage pour donner un nom à leur travail, c’est-à-dire pour l’expliciter ou, au contraire, pour approfondir sa valeur énigmatique, ou encore, parfois, pour en faire la substance même de leur création. Ce phénomène touche pratiquement tous les domaines artistiques et la présence insistante de l’univers textuel dans la création plastique et musicale a pris au XXe siècle un relief sans précédent. Ce sont ces processus d’intitulation et leurs modalités, mais aussi les interférences d’une discipline artistique à l’autre, qui sont ici étudiés à travers des enquêtes au cœur d’une vingtaine de corpus.

b) Marianne Jakobi, Gauguin-Signac: la genèse du titre contemporain, préface de Pierre-Marc De Biasi, CNRS Editions, 2015.
Quoi de commun entre Paul Gauguin (1848-1903) et Paul Signac (1863-1935)? Si différents qu’ils paraissent l’un de l’autre, quelque chose d’essentiel les rapproche: une nouvelle conception du « titre », considéré jusque là comme un détail insignifiant de l’œuvre, et auquel ils assignent chacun à sa manière, un statut artistique sans précédent. Ils se saisissent de l’écriture pour s’émanciper des écrivains et des critiques, mais surtout pour explorer cet autre système de signes à des fins artistiques. Gauguin fait du titre une énigme plastique qui installe l’ailleurs au cœur de la création: il l’inscrit dans l’espace pictural lui-même et le formule en tahitien, en accordant à la langue et à la culture de l’autre une complète dignité artistique. Signac, pour sa part, innove par une nouvelle pratique d’intitulation : il renonce aux traditions narratives au profit d’une simple numérotation en choisissant d’identifier ses peintures avec des numéros selon une technique qui rappelle la gestion des objets industriels ou la tradition des opus musicaux.

3) Observatoire du titre
Comme en témoignent ces nombreuses publications, Pierre-Marc De Biasi insiste sur le fait que l’équipe Histoire de l’art de l’ITEM s’est bien positionnée pour occuper une place de premier plan dans cette interrogation sur l’intitulation, notamment d’un point de vue génétique. Il faut confirmer cette avancée en se dotant d’outils puissants, à la mesure de la question qui se présente comme un véritable domaine d’investigation propre à renouveler l’histoire de l’art et la connaissance des œuvres.
Pierre-Marc De Biasi  revient  sur  le  projet  d’une  base  de données sur  le  titre,  outil  pour  un « observatoire du titre » qui puisse rassembler, rendre disponible et valoriser le capital intellectuel déjà à notre disposition (articles, discussions, images), proposer un état de l’art (tout ce qui parait sur la question) et développer de nouvelles recherches notamment en termes de théorie génétique du titre. La structure de la base de donnée est en voie de finalisation, elle sera testée et mise au point avec les usagers. Richard Walter nous fera des propositions sur la forme optimale (site, blog, base de données) à donner à ce corpus titulaire qui doit permettre de centraliser les informations en les associant à des images et qui soit éventuellement compatible avec les bases de données développées à l’ITEM (FLIM, DIGA, PIF).
Parmi les nouveaux projets à développer en ce domaine, et qui permettrait d’assurer une continuité efficace entre ces recherches et le programme DIGA, Pierre-Marc De Biasi rappelle que l’on peut envisager celui d’une publication consacrée à la « traduction » des titres : qu’est-ce que traduire un titre ? Qui traduit ? Quelles variations observe-t-on selon les langues?
Chacun d’entre nous pourrait se charger d’analyser un cas significatif (une œuvre, la genèse de son titre, ses traductions – et éventuellement l’évolution de ses traductions – dans deux ou trois langues).
Un livre, un traitement spécifique dans la base de données (et peut-être une expo?) sont également souhaitables pour étudier de près la question du concept de « Sans titre », son histoire, ses fonctions, ses justifications, son usage et sa théorisation chez les artistes des XXe et XXIe siècle, sa place et ses spécificités dans les inventaires, catalogues, etc.
L’ensemble permettrait de constituer une sorte de manifeste pour l’observatoire du titre, en abordant cette problématique de façon diachronique, selon une chronologie longue (de l’antiquité à l’art contemporain), et selon une logique transculturelle (pour y comprendre les arts orientaux: la question du titre dans les estampes et kakemono, par exemple).