ITEM, Équipe « Histoire de l’art: processus de création et genèse de l’œuvre », compte-rendu de la réunion du 19 mai 2014, à l’ENSBA

Par Pierre Marc De Biasi et Richard Walter

Sujets traités:
1) Bibliothèque du projet DIGA
2) Journées INGRES
3) Fiches Concept
4) Exemples de traitement d’un concept

Présents : Claire Barbillon, Muriel Berthou‐Crestey, Pierre‐Marc De Biasi, Lizzie Boubli, Sandrine  Doré,  Izthak  Goldberg,  Marianne  Jakobi,  Ségolène  Le  Men,  François  René Martin, Lio Ohnena, Eric Pagliano, Nathan Schlanger, Richard Walter.
Excusés : Ilaria Andreoli, Anne Herschberg‐Pierrot, Anne Ritz‐Guilbert.

1) Bibliothèque du projet DIGA
Pour faciliter la recherche et disposer de ressources documentaires sur mesure, nous commençons la constitution d’une bibliothèque en accès libre rue Pouchet. Cette bibliothèque concernera les questions de terminologie telles qu’elles se posent pour l’ensemble du domaine défini et plus spécifiquement les terminologies techniques et génétiques .

2) Journées INGRES
Du  8  au  11  juillet,  un  séminaire  de  recherche  est  organisée au  musée  Ingres  de Montauban : il s’agira de travailler directement sur les   collections de Montauban (catalogues,  dessins,  croquis,  documents  originaux) et de définir  un  protocole  de  travail  efficace  pour  la  définition  et  la  traduction des concepts, en  partant d’exemples concrets empruntés au corpus.

3) Fiches Concept
Nous  avons  analysé  les  différentes  rubriques  de  la  fiche  Concept.  Cette  discussion  a permis d’approfondir le traitement d’un concept.
Il faut  donner  une  plus  grande  place au  définitionnel déjà établi : ajouter  une  rubrique permettant reproduire, lorsque c’est utile, les définitions trouvées dans les dictionnaires et ouvrages de référence.
Pour les citations retenues, il conviendra de préciser l’identité de leur auteur : textes d’artiste, de critique, de témoins, d’historiens, d’historiens d’art, etc. Ces citations seront associées à une chronologie rigoureuse. Il faut concevoir un index puissant autorisant une recherche multicritère dans ces citations.
L’objectif  est  de  replacer  le  terme  dans  la  genèse  de  l’œuvre,  en  le  rapportant clairement aux phases et aux opérations ou aux fonctions opératoires qu’il désigne : il faudra être attentif au classement des concepts les uns par rapport aux autres, à leur arborescence et à leurs articulations réciproques dans le processus génétique.
La fiche doit être diffusée à toute l’équipe. A partir de cette fiche, Richard Walter fera construire un formulaire de saisie qui permettra de développer réellement le travail de définition et d’illustration du concept.
Chaque Concept pourra concerner un ou plusieurs modes d’expression et différentes périodes, en donnant lieu à plusieurs fiches. Par exemple, si le concept à définir est « Retouche » on peut imaginer une fiche sur la retouche en photographie, une autre sur la retouche dans le dessin de la Renaissance, etc. Il y a donc nécessité d’établir en amont une liste des fiches à établir pour chaque concept, et en aval, un chapeau introductif synthétisant l’ensemble des fiches qui se rapportent au même concept. Cette synthèse pourra être faite par des membres du comité scientifique du projet.
Il faut prévoir aussi l’articulation entre rédaction individuelle d’une fiche et validation collective de celle‐ci par rapport au projet global, aux autres fiches portant sur le même concept, et à l’ensemble des fiches élaborées pour des concepts proches ou liés (corrélats).

4) Exemples de traitement d’un concept 

a) Muriel Berthou‐Crestey, sur la retouche en photographie :
Cette présentation a permis de discuter plus largement sur la notion d’œuvre et de définir le périmètre du projet. Pour la photographie, faut‐il prendre en considération toutes les photographies, même si elles relèvent plus du document politique ou historique que de l’art photographique proprement dit (les retouches des photographies historiques ‐ exemple du portrait de Lincoln) ?
Il  faut  aussi  indiquer,  dans  le  traitement  du  concept,  ce  qui  n’appartient  pas  au périmètre définitionnel du concept. Distinguer la « retouche » des manipulations photographiques des surréalistes.
La description du concept doit le situer dans le processus mais aussi dans le résultat final de l’œuvre : la retouche intervient à une certaine étape déjà avancée de la création, elle est localisée dans l’œuvre et ne porte pas sur son ensemble.
Cette description doit aussi pouvoir définir les intentions de l’auteur ou de la démarche (la retouche peut reposer sur une simple intention formelle ‐ la réparation –ou de changement de sens –le remaniement, la transformation, etc.). On précisera si le concept concerne l’autographe ou l’allographe.
Ces différents besoins doivent se retrouver dans la fiche à constituer.

b) Ségolène Le Men, sur l’album :
Le concept d’« album » permet d’illustrer l’évolution des termes dans leur rapport aux concepts qu’ils sont censés désigner ou définir. Le concept est défini avec des mots qui ont une signification précise à une époque, mais cette définition est prise dans une diachronie qui peut la modifier profondément : il faudra indiquer les glissements de sens et d’usage postérieurs, les évolutions sémantiques qui peuvent affecter le sens des concepts mais aussi des termes utilisés pour les définir.
Enfin, le rapport à l’autobiographique peut s’avérer central dans la description du processus génétique de l’œuvre. Il faut qu’il soit mis en avant dans le traitement de chaque concept.
Cette présentation a permis de mettre en évidence d’autres critères à prévoir dans la fiche.
Un concept peut avoir un sens variable selon que son usage relève du domaine privé ou public, ou d’une interaction entre privé et public, ou encore s’il désigne une œuvre proprement dite ou un outil de travail pour la genèse de l’œuvre.