ITEM, Équipe « Histoire de l’art: processus de création et genèse de l’œuvre », compte-rendu de la réunion du 14 avril 2014, à l’École du Louvre

Par Ilaria Andreoli et Pierre-Marc De Biasi

Sujets traités:
1) Délimitation des périmètres  du projet
2) Liste provisoire des entrées
3) Journées INGRES à Montauban

Présents : Ilaria Andreoli, Claire Barbillon, Muriel Berthou-Crestey, Pierre-Marc de Biasi, Lizzie Boubli, Anne Herschberg-Pierrot,  Marianne  Jakobi,  Ségolène Le Men,  François René Martin, Chiara Montini, Anne Ritz-Guilbert, Nathan Schlanger, Richard Walter.
Excusés : Izthak Goldberg, Eric Pagliano, Neville Rowley, Monique Sicard, Pierre Wat.

Richard Walter présente une synthèse de la réunion que Ilaria Andreoli et lui ont eue à l’ENS  avec Agnès  Tricoche  et  Julien  Cavero  (pôle  Humanités  Numériques  du  Labex TranferS).
Spécialistes, respectivement de la conception et réalisation de bases de données et de cartographie  dynamique,  ils  collaboreront  avec  nous  pour  concevoir  les  schémas  à appliquer aux contenus de la base, tester les arborescences, géolocaliser les données, etc.

1) Délimitation des périmètres chronologiques et disciplinaires du projet
Pierre-Marc De Biasi invite l’équipe à réfléchir et  à ouvrir le débat sur les périmètres chronologiques et disciplinaires du projet. Si au départ ce dernier devait concerner la terminologie de l’art contemporain, on a ensuite ouvert le périmètre chronologique à celle de l’art médiéval et moderne. Est-il nécessaire de remonter à celle de l’art antique ?  On pense que oui, surtout pour une ouverture nécessaire à des traditions artistiques qui ont des chronologies différentes de celle de l’occident.
Claire  Barbillon  fait  remarquer  que  chaque  concept  pourra  être  « historicisé »  dans  un deuxième temps.
Pour l’Antiquité, François-René Martin suggère de contacter Brigitte Bourgeois, conservatrice en chef du patrimoine, HDR, du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF).
Nathan Schlanger pose la question de la pertinence des objets de la culture matérielle qui ont une grande importance pour le travail et la réflexion de l’archéologue même s’ils  relèvent plutôt de l’anthropologie. La destination d’utilisation des objets sera d’ailleurs fondamentale dans le domaine des arts premiers et elle est donc à prendre en compte.
Le plus urgent sera donc de définir les champs sémantiques, les concepts fondamentaux et les notions majeures. Dans un premier temps il sera plus profitable de se concentrer sur   la   notion   de   processus   génétique   tout   en   gardant   le   domaine   d’étude   et   le vocabulaire les plus larges possibles, de façon à stimuler l’émergence, dans une domaine donné, de termes et concepts qui pourront se révéler importants aussi dans d’autres. Les supports, les outils et les descriptions des techniques seront à inclure comme définitions plus courtes qui pourront compléter et enrichir le traitement des concepts plus importants.
Pour ce qui concerne le choix des domaines, on inclura la photographie, l’architecture et, peut-être  dans  un  deuxième temps,  l’urbanisme. Pour  l’architecture on  pourra  sans doute profiter de la présence pour deux mois courant 2015, en qualité de professeur invitée à l’ENS, de Mme Olfa Meziou-Baccour, professeur à l’ENAU (École Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunisie, Carthage) et spécialiste de génétique dans le domaine. Cette invitation est désormais confirmée. Ségolène Le Men rappelle que pour ce qui concerne les arts décoratifs il sera nécessaire d’associer les conservateurs du Musée des arts décoratifs.
Pierre-Marc De Biasi  présente   à   titre   d’exemple   la   structure   du   Dictionnaire   de   génétique organisé     en     entrées « petites »   (entre   3   et   10   lignes,   les   plus   nombreuses),  « moyennes »   (les   plus techniques)  et  « grandes »  (les  moins  nombreuses).   Dans  le  cas  du  DIGA,  très probablement, les grands concepts carrefours avec de riches arborescences génétiques synchroniques seront les plus nombreux.
Ségolène Le Men suggère que la réflexion devrait se focaliser au moins dans une première phase sur la terminologie française : les résultats obtenus pourront ainsi représenter un modèle pour  les  équipes  d’un  réseau  international  qui  s’occupera  des  traductions  et  de l’éventuel enrichissement terminologique de la base. Les corpus et les écrits de certains artistes seront à dépouiller (Ingres, Delacroix, Rodin, Matisse, Magritte…).
Un autre aspect central va être celui de la transposition du lexique entre langues différentes mais aussi et surtout d’un domaine à l’autre (ex : le langage de la gravure dans celui de la sculpture, le langage cinématographique transposé dans beaucoup d’expressions artistiques).
François-René Martin et Ségolène Le Men font remarquer qu’il faudra faire remonter l’analyse aux termes relatifs à l’« inspiration » (dans ses acceptions religieuses, sacrées, symboliques etc.) et la faire descendre jusqu’à ceux de la transmission et de l’appropriation de l’image.
Ségolène Le Men souligne qu’il sera d’une importance toute particulière  d’identifier et d’insérer dans la base des exemples en terme d’image numérique des traitements textuels. Dans le choix des images Pierre-Marc De Biasi suggère de ne pas se préoccuper, au moins dans les premières phases d’élaboration de la base, des problèmes de droit.
Les participants s’engagent, pour la prochaine réunion, à extraire et à rassembler la terminologie génétique dans le domaine dont ils sont spécialistes et à rédiger une ébauche de définition pour un concept et quelques termes associés de son arborescence.
La présentation de ce travail pourrait utiliser le modèle de fiche proposé par Richard Walter lors de la dernière réunion.

2) Liste provisoire des entrées :
– « Album » : Ségolène Le Men ;
– « Assemblage » : Claire Barbillon et Anne Ritz-Guilbert ;
– « Retouche » ; « Patine » : Nathan Schlanger ;
– « Retouche » (dans le domaine de la photographie) : Muriel Berthou-Crestey ;
– « schizzo »/esquisse (Renaissance): Lizzie Boubli et Ilaria Andreoli ;
– « Titre », « titraison » : Marianne Jakobi ;
– Vocabulaire d’Ingres, et « image originelle » : François-René Martin ;

Richard Walter procédera à un dépouillement des termes choisis dans différents dictionnaires (TLF, Robert, Académie française…) pour fournir des matériaux d’analyse et   des   exemples   d’utilisation.   A   terme,   on   pourra   constituer   une   bibliothèque terminologique à alimenter à fur et à mesure.

3) Journées INGRES à Montauban
Pour les participants à la rencontre de Montauban, les journées d’études Ingres prévues dans la première semaine de juillet,  auront effectivement lieu du 8 au 11 juillet : dates possibles pour le musée et qui semblent convenir à la majorité des invités.