Le projet DIGA: entretien avec Lizzie Boubli

Par Alice Legé

Boubli-Lizzie-L-atelier-Du-Dessin-Italien-A-La-Renaissance-Variante-Et-Variation-Livre-894456715_ML

Lizzie Boubli, L’atelier du dessin italien à la Renaissance, Paris, CNRS Editions, 2003

Nous rencontrons aujourd’hui Lizzie Boubli, historien de l’art, chargée de recherche au CNRS et auteur de L’atelier du dessin italien à la Renaissance. Variante et Variation, elle est spécialisée en peinture et dessin du XVème et XVIème siècle, et plus particulièrement dans les dessins italiens, espagnols et allemands. Son dernier ouvrage, touchant le thème de l’invention de l’esquisse à la Renaissance, paraîtra en 2016.

Au sein du projet DIGA, la réunion d’aujourd’hui donne à Lizzie Boubli la possibilité de nous offrir son apport, en nous aidant à enrichir les contenus de la base de données de génétique artistique avec son expertise.
En ce qui concerne les suggestions bibliographiques, elle nous rappelle l’importance d’anciens ouvrages comme Le Vite de Vasari (dont existe une superbe édition en ligne gérée par l’ENS de Pise), du dictionnaire d’André Félibien paru dans Principes de l’architecture, de la sculpture, de la peinture (…), et encore de Conversations sur la connaissance de la peinture de Roger de Piles.
Pour mieux s’orienter dans la multitude d’ouvrages publiés au fil des siècles, Lizzie Boubli nous conseille  d’enrichir la bibliographie de référence en consultant – entre autre –La littérature artistique de Julius von Schlosser, ouvrage incontournable pour l’étude des sources anciennes et modernes de l’histoire de l’art. Toutefois, elle nous fait également remarquer que ce volume est à compléter avec une bibliographie plus récente, dont nous proposons The History of Art History, publiée par Udo Kultermann en 1993.

Notre réflexion continue sur le choix des termes qui paraîtront dans la base DIGA.
En ligne avec les principes du projet, Lizzie Boubli souligne l’importance du multilinguisme, en demandant une particulière attention aux champs sémantiques des différentes traductions. Demander l’avis d’un ou plusieurs natifs peut nous aider à résoudre des problèmes subtils, comme ceux qui sont liés à l’étonnante richesse de la langue allemande, ou encore aux mots dérivés de l’italien ancien.
En ce qui concerne ce dernier cas,nous nous interrogeons sur l’exemple du terme italien Modello : un terme qui dérive du Latin Modulus,qui est repris par le français Modèle, et qui fait normalement référence à un produit tridimensionnel de la phase de création d’une œuvre, comme c’est le cas, par exemple, pour la maquette dans le domaine de l’architecture. Parmi les autres traductions problématiques nous citons ensuite le français Clair-obscur, dérivé de l’italien Chiaroscuro, ou le cas plus compliqué du terme Esquisse, qui provient probablement de l’italien Schizzo – attesté dans les contrats de commande depuis le XVème siècle – et qui pose quelques difficultés lorsque nous voulons le distinguer du français Croquis, qui a un champ sémantique très répandu, mais assez vague.
De la même façon, l’usage de certains mots a changé au fil du temps,en prenant des significations qui ont évolué de siècle en siècle, notamment au contact de nouvelles techniques, tandis que certains termes ont même finis par ne plus être utilisés. Ainsi l’utilisation vasarienne de l’italien Macchia (qui se traduit littéralement comme tache), est devenue archaïque dans l’Italie de nos jours et a laissé définitivement sa place à d’autres termes comme Bozza ou Bozzetto. Bien entendu, la base DIGA ne se limite pas à l’usage actuel des terminologies mais doit être capable de restituer les notions en usage à l’époque de la genèse de l’œuvre étudiée en fournissant les moyens théoriques et lexicaux d’interpréter le sens de ces notions aujourd’hui, y compris pour des termes qui ne sont plus du tout en usage.
Un ample repérage de citations d’artistes, soutenu par les interventions de plusieurs historiens de l’art réputés, permettra à la base DIGA, d’avancer des propositions qui pourront clarifier toutes ces questions.
Lizzie Boubli propose d’intégrer à la base des nouveaux termes comme Variant et Variation, dont sa thèse publiée en 2003 pourrait constituer un guide fiable.
La Génétique artistique est par définition liée au passage du temps, rapporté à la gestualité de l’artiste. Il est alors indispensable d’établir une hiérarchie des processus qui puisse permettre de placer chaque intervention créative dans une grille temporelle structuré. Concernant les mots liés au domaine du dessin, une première classification nous est proposée entre les mots esquisse, ébauche et étude. L’esquisse est souvent confondue avec l’ébauche, mais pendant que le premier se situe à la base du processus génétique, l’ébauche représente une étape plus poussée de la création. Enfin, le terme étude ne parait dans le contexte artistique qu’au XVIIème siècle, et correspond à une étape plus proche de l’achèvement du projet.

Tout en rappelant au lecteur que nous publierons bientôt une bibliographie et des listes de termes plus détaillées, nous lui proposons ici un extrait de notre rencontre avec Lizzie Boubli :

Question: Qu’est-ce que vous attendez du projet DIGA?
Lizzie Boubli: J’espère que le projet DIGA aboutira dans une base de données qui permettra de se représenter ce qu’est vraiment le processus de création, en proposant un outil terminologique et conceptuel qui pourra être appliqué à l’étude de n’importe quel dossier de genèse précis en histoire de l’art. Un outil de travail donc, qui pourra s’appliquer à une recherche ou à une rédaction en cours, et qui puisse être utilisé aisément: un outil pratique et multilingue. Une fois achevé, on pourra y travailler en plusieurs langues, notamment en italien, anglais, espagnol, allemand, portugais, néerlandais et, bien évidemment, en français.

Question: Comment définissez-vous la génétique artistique ?
Lizzie Boubli: Une étude génétique est une étude qui essaye de comprendre et d’expliquer le processus de travail et de genèse d’une œuvre d’art donnée. Elle vise à faire apparaître et à mettre à la disposition des lecteurs toutes les indices de la création qui sont contenus dans l’œuvre même et dans le dossier de genèse qui rassemble les documents de travail ayant servi à la conception de l’œuvre, à sa préparation et à son exécution. Cela signifie qu’il faut connaître et mettre en valeur les dessins préparatoires et les études comme une partie fondamentale d’un processus de création qui peut être cohérent et complet. Si c’est le cas, il faut également mettre en relation l’œuvre avec les écrits de l’artiste, ou avec n’importe quel document autographe qui la concerne.
Il s’agit d’essayer de comprendre comment l’œuvre a été conçue, y compris dans l’esprit de l’auteur à travers les traces matérielles qu’il a laissé.

Question: Quel poids a la génétique sur vos recherches ?
Lizzie Boubli: C’est quelque chose de très important. J’essaye toujours de me concentrer sur la question de la génétique dans mes recherches, mais ce n’a pas été toujours le cas dans le domaine de l’histoire de l’art. On a souvent la tendance à encadrer la création d’un artiste dans une démarche historique, mais en réalité il ne s’agit pas seulement – ou pas toujours – d’histoire de l’art. Avoir un approche génétique signifie essayer d’aller au-delà et de s’efforcer de comprendre comment un artiste a pu concevoir une pièce de façon plus approfondie: en se recentrant sur l’histoire de l’œuvre elle-même, de son apparition. Cela n’enlève pas de la valeur au contexte historique. Au contraire ! Il est fondamental de se plonger dans le contexte social, politique ou personnel de l’auteur. Tous ces points sont liés. Mais il faut toujours maintenir un regard sur la question principale, et essayer d’analyser la genèse de l’œuvre comme processus premier. Le regard de l’historien est souvent un regard contextualisant, qui vise à insérer l’artiste dans un courant temporel et social précis, sans trop se soucier de la forme, et du rapport entre la forme et sa conception, ni des conditions et des opérations créatrices qui ont rendu concrètement possible l’émergence de l’œuvre: la génétique même.