ITEM, Équipe « Histoire de l’art: processus de création et genèse de l’œuvre », compte-rendu de la réunion du 31 mars 2014, à l’ENSBA

Par  Ilaria Andreoli et Pierre‐Marc de Biasi

Sujet traités: Projet DIGA

Présents : Ilaria Andreoli, Pierre‐Marc de Biasi, Lizzie Boubli, Iztzak Goldberg, Anne Herschberg‐Pierrot,  Marianne  Jakobi,  Ségolène  Le  Men,  François  René  Martin, Chiara Montini, Eric Pagliano, Anne Ritz‐Guilbert, Ardeen Reed, Neville Rowley, Nathan Schlanger, Monique Sicard, Richard Walter.
Excusés : Claire Barbillon, Pierre Wat.

1) Projet DIGA – Dictionnaire International de Génétique Artistique

Ségolène Le Men présente un résumé des antécédents du projet DIGA et resitue le projet dans le prolongement des réalisations de l’équipe « Histoire de l’art » de l’ITEM depuis sa formation.
Cette équipe fédère des chercheurs qui, tout en travaillant sur des disciplines différents, suivent tous la méthodologie et l’approche génétique propres à l’ITEM pour réfléchir sur les œuvres et étudier les processus de création, entendu au sens large, depuis les premiers moments de la conception, jusqu’à la diffusion, mise à disposition et réception de l’œuvre d’art.
Le numéro 24 de la revue Genesis, dirigé par Ségolène Le Men, sous le titre Formes, présentait des contributions entièrement consacrées à la génétique artistique. Il est épuisé depuis longtemps et il serait fort utile pour la visibilité de l’équipe et de la méthodologie génétique appliquée  à  l’histoire de l’art d’en republier les articles dans un volume papier.
Créée en 2006 à l’initiative du directeur de l’ITEM, pour ouvrir la recherche génétique au  domaine de  l’histoire de  l’art,  un  premier collectif  de  recherche a organisé le 1er juin 2007 à l’ENS de Paris une session inaugurale réunissant : Pierre-Marc    de Biasi, Lizzi Boubli, Nadège Dagen, Philippe Dagen, Marianne Jakobi, Jacqueline Lichtenstein, Nadia Podienskaia, Ségolène Le Men et Pierre Wat,
Dirigée à partir de 2007 par Segolène Le Men, l’équipe « Processus de création et genèse de l’œuvre » a travaillé en partenariat avec plusieurs institutions : l’équipe DHTA de l’ENS, l’équipe H‐MOD du HAR (EA 4414) de l’université Paris Ouest, l’équipe Pratiques artistiques : acteurs et réseaux du CHEC (EA 1001) de l’université Blaise Pascal de Clermont‐Ferrand 2, dont est membre Marianne Jakobi, l’équipe Ecrits d’artistes FNRS, l’Université de Bruxelles et le Ministère de la Culture.
Les premiers résultats de recherche de l’équipe ont été présentés au 8ème Congrès International sur l’étude des rapports entre texte et image, Efficacy/Efficacité, qui s’est tenu à l’INHA du 7 au 11 juillet 2008. Plusieurs chercheurs étrangers ont été invités au cours de ses dernières années parmi lesquels David O`Brien (Université de l’Illinois), Michael Zimmermann, (Université catholique d’Eichstätt‐ Ingolstadt), Atsushi Miura (Université de Tokyo).
Un moment important de réflexion a été le séminaire (coordonné par Marianne Jakobi, Pierre-Marc    de Biasi et Ségolène Le Men) qui a eu lieu pendant deux années universitaires (2007‐2008 et 2008‐2009) consacré à la question du titre des œuvres d’art comme intermédiaire entre le texte et l’image, dont les résultats ont été publié en  2012  dans  le  volume  La fabrique du titre. Nommer les œuvres d’art,  sous  la direction   de   Marianne   Jakobi,   Pierre   Marc   de   Biasi   et   Ségolène   Le   Men.
Pierre-Marc   de   Biasi   fait remarquer que cette problématique particulièrement féconde, qui a occupé l’équipe pendant deux années, reste d’actualité et devrait donner lieu à un suivi scientifique grâce à la création d’un « observatoire » sur la question du titre, auquel chaque membre est invité à contribuer et qui pourrait être coordonné par Marianne Jakobi qui a inscrit cette thématique dans ses programmes personnels de recherche :  un  prochain ouvrage  sur  « Gauguin  et  Signac  et  l’invention  du  titre contemporain » (à paraître à CNRS éditions) et un projet d’étude consacrée aux « sans titre » dans la production contemporaine, question qui mérite encore d’être approfondie.
Du 4 au 9 septembre 2010, l’équipe a participé au Congrès international de Cerisy (« Le Génétique des textes et des formes. L’œuvre comme processus » dirigé par Anne Pierrot et Pierre‐Marc de Biasi) par une session – 6 septembre – consacrée à la génétique  artistique  avec  trois  exposés :  Marianne  Jakobi, « Vers  une  titrologie génétique »,   Ségolène   Le   Men, « Illustration   et   génétique:   texte,   image  et intermédialité ») et Atsushi Miura, « Séparation et résonance: peinture et écriture en Occident et en Extrême‐Orient ».
Amorcé par les séances de séminaire‐atelier organisées au printemps 2011 sur la question de l’œuvre et conçues comme des présentations et confrontations de recherches et de travaux récents, le séminaire 2011‐2012 de l’équipe a été consacré à “Comment dire la genèse des œuvres d’art”. Après une séance de réflexion et de débats méthodologiques organisée par Pierre‐Marc de Biasi, Ségolène Le Men et Marianne  Jakobi,  l’équipe  a  consacré ses travaux  à  la  thématique : Terminologie génétique et dossiers d’œuvres. (Notions, typologies, définitions, traductions).
Une séance a été organisée à l’ENS pour le lancement du volume collectif La fabrique du titre (CNRS‐Editions) avec une intervention de Pierre‐Marc de Biasi et de Marianne Jakobi sur la genèse continue du titre et sa réception et la participation de Ségolène Le Men, et Etienne Jollet; une autre présentation de l’ouvrage a eu lieu à l’occasion du colloque international Pouvoirs du titre. Genèse et enjeux de l’intitulation artistique à l’époque contemporaine (XIXe‐XXIe siècles), à Bruxelles avec des interventions de Ségolène Le Men, (Titre, légende et « calligramme dénoué ») et de Pierre‐Marc de Biasi et Marianne Jakobi (L’approche génétique du titre et le cas Magritte).
Ce cycle s’est conclu par la journée d’étude Terminologie génétique : le cas Ingres organisée au Louvre avec le soutien d’Henri Loyrette, le 12 juin 2012 : une journée réunissant une dizaine de chercheurs, a permis de travailler au contact direct des œuvres graphiques, et qui a bénéficié notamment de la présence de Henri Zerner (Université de Harvard) alors occupé par la rédaction d’un ouvrage sur ce sujet.
Un colloque consacré à l’analyse du dossier graphique d’Ingres selon une démarche génétique est à prévoir après qu’un petit groupe de membres de l’équipe aura effectué un séjour d’étude et de recherche au Musée Ingres de Montauban au cours de la première moitié de juillet prochain.
D’autres résultats intéressants ont été fournis par les publications de différents chercheurs et conservateurs qui ont appliqué l’approche génétique à l’étude des arts graphiques, et en particulier de la gravure, de la publicité et de la caricature. À titre  d’exemple  on  peut  citer  le  livre  Zodiac.  Le  monument  livre  édité  sous  la direction de  Cédric Lesec, Lyon, Éditions Stéphane Bachès – ENS de Lyon éditions, 2012. Cédric Lesec prépare une thèse sur la question centrale de l’atelier à laquelle avait été consacrée une séance au printemps 2011.

Pour ce qui concerne le projet de base de données, les propositions de structure informatique et d’arborescence doivent être conçues sur les bases scientifiques du projet. Pierre-Marc de Biasi souligne l’intérêt et l’importance d’un outil qui puisse permettre l’interrogation de la base et l’extraction des données par tranches temporelles, offrant ainsi un panorama inter lexicale transversal, synchronique et non pas seulement diachronique, d’une époque donnée. D’où l’importance de recourir à des outils cartographiques développés par les recherches en géographie diachronique, pour lesquels on pourra demander la collaboration des spécialistes de cartographie qui appartiennent au laboratoire du Labex TranSfers.
François‐René Martin propose d’organiser une journée d’étude sur le lexique dans les conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture, publiées par les éditions de l’ENSBA.

A l’occasion d’une prochaine réunion Pierre-Marc de Biasi se propose d’animer une séance théorique sur la méthodologie et l’objet de la génétique artistique. On s’attachera à préciser les analogies et les divergences par rapport à la génétique littéraire, et à la nécessité éventuelle de création de notions spécifiques. Les participants  au  projet  s’engagent  à  rédiger  et  mettre  à  disposition sur  l’espace commun une liste de concepts et de notions propres à leur domaine et à signaler des titres de livres à acheter.