ITEM, Équipe « Histoire de l’art: processus de création et genèse de l’œuvre », compte-rendu de la réunion du 4 mars 2014, à l’ENSBA

Par Ilaria Andreoli et Pierre-Marc de Biasi

Projet DIGA (Dictionnaire International de Génétique Artistique), sujets traités:
a)
le protocole  de  travail  (identification  des  termes  et  des  concepts  et  périmètres disciplinaires, chronologiques et méthodologiques).
b)
l’outil de travail, dont la conception et la réalisation seront réalisées grâce à l’aide précieuse de Richard Walter.

Présents : Ilaria Andreoli, Pierre-Marc  de  Biasi,  Lizzie Boubli,  Iztzak  Goldberg, Anne Herschberg Pierrot, Marianne Jakobi, François-René Martin, Eric Pagliano, Anne Ritz-Guilbert, Neville Rowley, Nathan Schlanger, Monique Sicard, Richard Walter.
Excusés : Claire Barbillon, Ségolène Le Men, Pierre Wat.

Pierre-Marc de Biasi propose qu’à partir de cette réunion la réflexion du groupe de recherche puisse se concentrer sur deux questions principales :

a) Le protocole  de  travail  prévoit  des  réflexions  qui  iront  de  l’identification  des concepts-clés aux corpus (entendant comme corpus les écrits d’art et les œuvres des artistes) et vice-versa, c’est à dire le repérage des concepts dans les différents corpus. Le but est la production d’une liste de 300/400 termes avec des exemples d’utilisation datée. Le point de départ, comme il a été déjà dit, sera l’analyse de l’existant, c’est  à dire d’un certain nombre de catalogues d’exposition réalisés en plusieurs langues (par exemple celui de   l’exposition   Matisse)   pour   se   faire   une   première   idée   des   termes   utilisés.  À titre d’exemple on pourra consulter le Dictionnaire polyglotte des termes d’art et d’archéologie  de  Louis  Réau  (Paris,  Larousse,  1930,  édition  de  poche,  1953)  qui comprend environ 250 entrées.
Monique  Sicard, forte  de  l’expérience  de  la  rédaction  du  glossaire spécialisé Photo-graphies : théories, images, pratiques/ Genèses photographiques, École des Hautes Études en Sciences Sociales (en cours de réalisation) fait observer l’importance du point de vue du lecteur et de l’utilisateur dans l’identification des termes.  Un autre point à discuter sera celui de la possibilité de différencier la terminologie du dictionnaire en terminologie première et secondaire. Si cette différenciation est importante du point de vue génétique, elle est également dangereuse, tout comme la vocation encyclopédique et grand public. Les concepts génétiques, ceux des traces et des processus de la création artistique, seront à identifier en premier lieu et à privilégier, à ceux-ci on associera ensuite des termes qui seront décrits d’un point de vue technique ou descriptif utile à positionner les termes principaux. François-René Martin fait remarquer à que certains concepts finiront forcément par en englober d’autres. Richard Walter souligne à ce propos la possibilité de développer des arborescences même très complexes de hiérarchisation des entrées.
Pierre-Marc de Biasi estime que beaucoup de clarifications pourront avoir lieu au moment de la traduction dans les autres langues.
François-René Martin fait remarquer aussi qu’il faudra penser à la signalisation de certains mots « forts » qui resteront dans leur langue d’origine (ex l’allemand « bild », l’italien « disegno » etc.), de façon que le dictionnaire puisse être plurilingue dans deux dimensions différentes. À ce propos, et à titre d’exemple, il sera intéressant de consulter le Vocabulaire  européen  des  philosophies : dictionnaire  des  intraduisibles,  (Paris,  Le Seuil/Le Robert, 2004) dirigé par Barbara Cassin.
Pour ce qui concerne l’extension, la version papier de 300/400 pages pourra représenter la version « publique» d’un outil qui pourra ensuite s’enrichir bien davantage, surtout en  explorant  la   terminologie  des  philosophies  artistiques  autres  qu’occidentales. Iztzak Goldberg met en garde du risque de dispersion : 15 langues sont peut-être trop, il sera mieux commencer par 3 ou 4 ; le projet, en outre, doit être conçu dès le départ dans sa structure informatique.
Pierre-Marc de Biasi précise que la  forme papier représenterait un « délivrable » dans l’esprit des résultats diffusés pour un programme financé par l’ANR : un manuel qui pourra être utilisé dans des milieux professionnels du monde de l’histoire et du marché de l’art.
Une  autre  question  ouverte  reste  la  relation  avec  la  terminologie  technique  déjà recueillie dans des autres ouvrages. Un bilan de l’existant dans le domaine de la lexicographie professionnelle devra éliminer les termes et les concepts à ne pas traiter. Par contre il sera intéressant de rendre compte de la nouvelle terminologie apportée dans les domaines de l’architecture et de la photographie par les nouvelles technologies.
L’architecture soulève aussi le problème des limites disciplinaires : certains domaines, comme le cinéma, doivent être exclus, à cause de leur extension propre et de leur grande complexité, même si certains termes qui lui sont propres devront être inclus à cause de leur perméabilité dans d’autres arts. La photo et la gravure, au contraire, seront traitées. L’architecture, étant une discipline qui s’est toujours constituée par rapport à la genèse et structurellement liée au  concept de « projet » devra être traitée, même si c’est à moyen terme, tout comme l’urbanisme. On s’interrogera sur l’opportunité d’insérer l’installation et la bande dessinée. Pour ce qui concerne les arts décoratifs, Agnès Callu (Arts décoratifs, Cabinet des dessins), Sophie Mouquin et Xavier Bonnet (Ecole du Louvre) pourront apporter des précieuses contributions.
Après les limites disciplinaires, il sera important de définir les limites chronologiques et d’établir une périodisation. Est ce qu’il sera possible d’inclure un vocabulaire archéologique ?
Nathan Schlanger  répond  affirmativement  à  condition  de  respecter  une  certaine sélection dans le choix des termes. Il est important que le lecteur, même celui qui n’est pas forcement spécialiste de la période, puisse avoir un aperçu d’un processus technico-génétique dans la préhistoire, comme par exemple celui relatif à l’affutage d’un silex.
Pierre-Marc de Biasi fait remarquer que si nous incluons la préhistoire, nous devrons aussi traiter l’Antiquité et le la période médiévale, ce qui constituerait une ouverture évidemment très précieuse pour penser l’évolution des techniques, au prix d’une extension considérable. Il faut tenter l’hypothèse, en essayant de rester centré sur la période moderne (XVème-XXIème siècles).
Pour la prochaine réunion Ilaria Andreoli, Pierre-Marc de Biasi et Nathan Schlanger s’engagent à présenter chacun un liste de termes relatifs, respectivement, à la théorie artistique italienne de l’époque moderne, aux termes génétiques de la sculpture passés dans la terminologie génétique littéraire, et à l’archéologie.
Anne  Herschberg  Pierrot  fait  remarquer  que  nous  aurions  avantage  à  examiner  le schéma directeur élaboré pour le Dictionnaire général de génétique, lancé par l’ITEM : il est  surtout  axé  sur  la  littérature,  mais  il  contient  des  éléments  précieux  pour  une première  sélection  d’entrées.  Pierre-Marc de Biasi  fera  aussi  une  présentation  du  dictionnaire  de critique génétique en cours de réalisation à l’ITEM.

b) L’outil de travail, que présentera Richard Walter lors de la prochaine séance, sera une base  de  données  vivante,  à  vocation  « open  source »,  très  souple  et  adaptée  aux collaborations multiples et internationales et qui pourra être consultée par différents milieux professionnels dans les domaines de l’histoire et le marché de l’art. Les premiers résultats pourront être présentés en 3 ou 4 langues et ensuite enrichis au fil de temps. On devra néanmoins tenir compte des opportunités (propositions de collaboration de la Chine, par exemple) pour intégrer en cours de travail de nouvelles langues. La forme du dictionnaire nous amènera tout naturellement à collaborer avec l’ATILF – Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française, qui n’est pas encore un partenaire officiel dans le projet ANR (qui comprend à l’heure actuelle l’École du Louvre, ENSBA, ENS, Labex TransferS, le PSL et l’Université Paris X).
Agora, la plateforme collaborative qui servira aux échanges de documents et dossiers entre l’équipe du projet et ses partenaires nationaux et internationaux est mise à disposition par l’ITEM et elle est d’utilisation très facile et intuitive.