Archives par étiquette : Marianne Jakobi

Marianne Jakobi – Gauguin et Signac

Marianne Jakobi, Gauguin et Signac, Paris, CNRS Editions, 2015.

Marianne Jakobi, Gauguin et Signac, Paris, CNRS Éditions, 2015.

Nous vous signalons la dernière publication de notre collègue Marianne Jakobi, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, membre du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC) et chercheuse associée à l’ITEM. L’ouvrage, intitulé Gauguin et Signac. La genèse du titre contemporain, est publié chez CNRS Éditions.

Résumé (extrait) : « Gauguin l’exilé transforme le titre en une énigme sauvage. Il le projette dans l’espace même de la toile et le formule dans la langue de l’autre, en tahitien : l’illisible interroge le visible, le primitif bouscule la modernité, l’art change d’échelle et devient planétaire. Quant à Signac, il emprunte à la musique le principe d’une intitulation par « Opus » qui confère au titre l’abstraction, riche d’avenir, de la « série » : passant de la tradition narrative à la simple numérotation, il parodie le monde industriel pour mieux identifier l’autonomie artistique. »

Quelles traces pour l’histoire de l’art et l’archéologie ? – Journée d’étude

Le 4 avril 2017, se tiendra à la MSH de Clermont-Ferrand une journée d’étude intitulée « Quelles traces pour l’histoire de l’art et l’archéologie ? ». Elle est consacrée à la notion génétique de « trace », dans une approche transdisciplinaire.

« Cette journée d’étude se situe dans le prolongement de questionnement diachroniques et pluridisciplinaires sur l’articulation entre art, artiste, artisan1 et, sur la transmission des techniques, des théories et des images, et dans le cadre de travaux transdisciplinaires du thème 1 « Genèse de l’œuvre », de l’axe 2 « Processus des créations, usages et langages des arts » du CHEC.

Organisée par Catherine Breniquet, Fabienne Colas-Rannou et Marianne Jakobi, enseignants-chercheurs au département d’Histoire de l’art et d’archéologie de l’Université Blaise –Pascal et membre du CHEC, cette journée d’étude s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés. »

Consulter l’argument

Entretien avec Marianne Jakobi autour du projet DIGA

Propos recueillis par Juliette Eyméoud

Lundi 15 juin 2015, nous rencontrons Marianne Jakobi, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand et membre de l’équipe Génétique Artistique de l’ITEM. Spécialiste de titrologie, cette chercheuse participe au projet DIGA dont elle nous a parlé dans lors de cette rencontre. 

M. Jakobi, J. Dieudonné, Dubuffet, Editions Perrin, 2007

M. Jakobi, J. Dieudonné, Dubuffet, Editions Perrin, 2007

C’est dans le cadre de son DEA que Marianne Jakobi se confronte, pour la première fois, à la question du titre. À travers l’exemple particulier de Jean Dubuffet, elle s’intéresse au processus d’élaboration des titres. Dubuffet est le seul artiste, avec Picasso, à avoir réalisé un catalogue raisonné de son œuvre, en pratiquant ce qu’il nomme lui-même la titraison. Allocataire monitrice à l’université de Paris 1-Sorbonne, Marianne Jakobi donne alors une nouvelle ampleur à la question des titres en créant une base de données pour répertorier près de 10 000 œuvres de Dubuffet. C’est à cette époque que la génétique artistique intègre et renouvelle son travail de doctorat. Pierre Marc de Biasi et Ségolène Le Men lui proposent alors de codiriger un séminaire de l’Ens, intitulé « La fabrique du titre » ; séminaire dont les conclusions ont été publiées chez Cnrs-Editions en 2012. Continuer la lecture

Titrologie: une nouvelle approche génétique

Par Alice Legé

P.M. de Biasi, M. Jakobi, S. Le Men, La Fabrique du titre, Paris, 2012

P.M. de Biasi, M. Jakobi, S. Le Men, La Fabrique du titre, Paris, 2012

Au sein du projet DIGA, un domaine de recherche voisin de la terminologie critique gagne en visibilité : la Titrologie. L’étude fonctionnelle, structurale et génétique des titres, de leur histoire et de leur attribution apporte des éléments nouveaux à la connaissance des arts plastiques. Parmi les processus de création artistique, le titre constitue une médiation essentielle et mal connue entre l’œuvre, son contexte et sa réception : considéré jusqu’à présent comme il devient aujourd’hui des points de tension majeurs. Qu’en est-il de cette nécessité de nommer l’œuvre ? Comment penser la productivité génétique de ce choc réciproque entre l’écriture et le monde des images ?

Marianne Jakobi et Pierre-Marc de Biasi nous parlent aujourd’hui de cette discipline qui a fait ses premiers pas grâce à leurs travaux : un séminaire de trois ans à l’ENS, des colloques, des journées d’étude et des ouvrages, publiés notamment par CNRS Editions. Continuer la lecture