Archives mensuelles : décembre 2016

L’œuvre d’art dans sa matérialité, séminaire au Centre allemand d’histoire de l’art

La dernière journée du séminaire « Autorités de l’histoire de l’art, du réalisme au réel », organisé avec Mathilde Arnoux, Clément Layet et Lena Baader au Centre allemand d’histoire de l’art, a lieu le 16 décembre 2016, de 14h à 18h. Une première partie (14h-16h), composée de trois interventions, est consacrée au thème suivant : « L’oeuvre d’art dans sa matérialité : actualité des recherches », puis une seconde partie (16h-18h) laisse place à la présentation des travaux des étudiants et à une discussion sur ce séminaire.

Voici les sujets des trois interventions :

– François-René Martin, « Le retable d’Issenheim de Grünewald, histoire matérielle et restauration »

-Frédérique Desbuissons, « Les actualisations de L’atelier de Gustave Courbet »

– Bénédicte Trémolières, « Éléments pour une histoire matérielle de l’impressionnisme : la série des Cathédrales de Claude Monet »

Marianne Jakobi – Gauguin et Signac

Marianne Jakobi, Gauguin et Signac, Paris, CNRS Editions, 2015.

Marianne Jakobi, Gauguin et Signac, Paris, CNRS Éditions, 2015.

Nous vous signalons la dernière publication de notre collègue Marianne Jakobi, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, membre du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC) et chercheuse associée à l’ITEM. L’ouvrage, intitulé Gauguin et Signac. La genèse du titre contemporain, est publié chez CNRS Éditions.

Résumé (extrait) : « Gauguin l’exilé transforme le titre en une énigme sauvage. Il le projette dans l’espace même de la toile et le formule dans la langue de l’autre, en tahitien : l’illisible interroge le visible, le primitif bouscule la modernité, l’art change d’échelle et devient planétaire. Quant à Signac, il emprunte à la musique le principe d’une intitulation par « Opus » qui confère au titre l’abstraction, riche d’avenir, de la « série » : passant de la tradition narrative à la simple numérotation, il parodie le monde industriel pour mieux identifier l’autonomie artistique. »

Des ruines en héritage – Journée d’étude, 15 décembre 2016

Nous vous signalons cette journée d’étude organisée par nos collègues au Centre allemand d’histoire de l’art, le 15 décembre de 9h30 à 13h15. Intitulée « Des ruines en héritage : temps long et survivances de la Seconde Guerre Mondiale », elle s’inscrit dans un programme de recherches mené par l’ITEM, l’École nationale supérieure des beaux-arts et l’Université Paris 1, en partenariat avec le Centre allemand d’histoire de l’art.

Consulter le programme

Quelles traces pour l’histoire de l’art et l’archéologie ? – Journée d’étude

Le 4 avril 2017, se tiendra à la MSH de Clermont-Ferrand une journée d’étude intitulée « Quelles traces pour l’histoire de l’art et l’archéologie ? ». Elle est consacrée à la notion génétique de « trace », dans une approche transdisciplinaire.

« Cette journée d’étude se situe dans le prolongement de questionnement diachroniques et pluridisciplinaires sur l’articulation entre art, artiste, artisan1 et, sur la transmission des techniques, des théories et des images, et dans le cadre de travaux transdisciplinaires du thème 1 « Genèse de l’œuvre », de l’axe 2 « Processus des créations, usages et langages des arts » du CHEC.

Organisée par Catherine Breniquet, Fabienne Colas-Rannou et Marianne Jakobi, enseignants-chercheurs au département d’Histoire de l’art et d’archéologie de l’Université Blaise –Pascal et membre du CHEC, cette journée d’étude s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés. »

Consulter l’argument