Archives mensuelles : juillet 2015

Entretien avec Marianne Jakobi autour du projet DIGA

Propos recueillis par Juliette Eyméoud

Lundi 15 juin 2015, nous rencontrons Marianne Jakobi, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand et membre de l’équipe Génétique Artistique de l’ITEM. Spécialiste de titrologie, cette chercheuse participe au projet DIGA dont elle nous a parlé dans lors de cette rencontre. 

M. Jakobi, J. Dieudonné, Dubuffet, Editions Perrin, 2007

M. Jakobi, J. Dieudonné, Dubuffet, Editions Perrin, 2007

C’est dans le cadre de son DEA que Marianne Jakobi se confronte, pour la première fois, à la question du titre. À travers l’exemple particulier de Jean Dubuffet, elle s’intéresse au processus d’élaboration des titres. Dubuffet est le seul artiste, avec Picasso, à avoir réalisé un catalogue raisonné de son œuvre, en pratiquant ce qu’il nomme lui-même la titraison. Allocataire monitrice à l’université de Paris 1-Sorbonne, Marianne Jakobi donne alors une nouvelle ampleur à la question des titres en créant une base de données pour répertorier près de 10 000 œuvres de Dubuffet. C’est à cette époque que la génétique artistique intègre et renouvelle son travail de doctorat. Pierre Marc de Biasi et Ségolène Le Men lui proposent alors de codiriger un séminaire de l’Ens, intitulé « La fabrique du titre » ; séminaire dont les conclusions ont été publiées chez Cnrs-Editions en 2012. Continuer la lecture

Titrologie: une nouvelle approche génétique

Par Alice Legé

P.M. de Biasi, M. Jakobi, S. Le Men, La Fabrique du titre, Paris, 2012

P.M. de Biasi, M. Jakobi, S. Le Men, La Fabrique du titre, Paris, 2012

Au sein du projet DIGA, un domaine de recherche voisin de la terminologie critique gagne en visibilité : la Titrologie. L’étude fonctionnelle, structurale et génétique des titres, de leur histoire et de leur attribution apporte des éléments nouveaux à la connaissance des arts plastiques. Parmi les processus de création artistique, le titre constitue une médiation essentielle et mal connue entre l’œuvre, son contexte et sa réception : considéré jusqu’à présent comme il devient aujourd’hui des points de tension majeurs. Qu’en est-il de cette nécessité de nommer l’œuvre ? Comment penser la productivité génétique de ce choc réciproque entre l’écriture et le monde des images ?

Marianne Jakobi et Pierre-Marc de Biasi nous parlent aujourd’hui de cette discipline qui a fait ses premiers pas grâce à leurs travaux : un séminaire de trois ans à l’ENS, des colloques, des journées d’étude et des ouvrages, publiés notamment par CNRS Editions. Continuer la lecture

Appel aux contributions: Beyond disegno? The emergence of independent drawings in Germany and Italy in the 15th and 16th century

Florence, Kunsthistorisches Institut, Max-Planck-Institut 3 – 5 March 2016
Deadline for submissions: 
10.8.2015 to Daniela Bohde (bohde@kunst.uni-frankfurt.de)kunst

Disegno has received great attentionfrom art-historical scholarship for several decades now. Itssignificance for the art of the Italian Renaissance and for the system of the arts right up to the modern era is indisputable. But artistic developments outside the sphere of disegno easily escape our notice. This isparticularly true of independent or finished drawings. Thus it was barely registered that independent drawings were produced in large numbers in Germany after 1500, but remained the exception in Italy. We would expect this situation to be the other way round, given the highly developed culture of drawing in Italy, where artists worked with distinct graphic media and types of drawing. Drawings were collected, and practical aids such as cartoons were exhibited in public and, in the case of Michelangelo, proclaimed the “scuola del mondo”. Yet drawings were situated almost exclusively within the working process and – despite the heightened appreciation of disegno – were understood as a preparatory medium that was ultimately just a means to an end. Continuer la lecture

Appel aux contributions: International Symposium, Words for theory, words for practice: Forms, Uses, Issues in Early Modern artistic Lexicography

Montpellier (France), June 15th-17th 2016
Deadline: Oct 15, 2015
LexArt – ERC <www.lexart.fr> (AdG 2012 n°323761)

In theImmagine prospect of the circulation of concepts and practices and the permeability of artistic boundaries, the project LexArt – Words of art: the Rise of a terminology (1600-1750) which began in April 2013, studies the development of artistic vocabulary in the seventeenth-century, beginning with the Italian vocabulary of the great foundational texts, and how it transforms in the first part of the eighteenth-century among North European theorists in relation with artistic practices in France, Germany, England and the Netherlands. Words are agents in the circulation of concepts, and turn out to be a significant site of experimentation, dissemination, transfers and networks across artistic communities in early modern Europe. Though the chronological and geographical boundaries, as well as the scope of the LexArt project itself are defined precisely, the purpose of this symposium is the necessary confrontation with other patterns from a methodological and conceptual perspective, and the extending of precise themes in order to provide a theoretical as well as concrete framework for the tools being developed by the LexArt project, namely the database (web application with interface under development), and the Encyclopedic Dictionary of artistic Terminology (in preparation) which are both based on publication of specific and targeted sources. This symposium proposes various directions and fields of research through interdisciplinary and related approaches, to better grasp and define the forms, uses and issues of early modern artistic theory.  Continuer la lecture

Ilaria Andreoli et le défi de la génétique artistique

Propos recueillis par Alice Legé

Ilaria Andreoli est docteur en histoire de l’art moderne, elle enseigne l’Histoire et techniques de l’illustration à l’Université de Caen, au sein du master en Éditions et mémoire des textes.

Ilaria Andreoli, Exercices furieux, 2013

Ilaria Andreoli, Exercises furieux, 2013

Membre de l’équipe d’Histoire de l’art, processus de création et genèse de l’œuvre de l’ITEM, elle est spécialisée en histoire de la gravure et de l’illustration du livre à la Renaissance. Après une maîtrise en Histoire de l’art moderne, un diplôme de spécialisation en Histoire de l’art médiévale et moderne à l’Université de Gênes et un DEA en Histoire moderne de l’Université Lumière Lyon 2, elle a soutenu une thèse codirigée par l’Université de Lyon et l’Université Ca’ Foscari de Venise.
Grâce à de nombreuses bourses de recherche en Europe et aux États-Unis (dont celles de la Ville de Paris, de l’Houghton Library et de Villa i Tatti de l’Université de Harvard ou celle du Centro Vittore Branca de la Fondazione Cini de Venise) elle a pu étudier et rassembler un important corpus à propos du passage du manuscrit à l’imprimé, de la relation entre le texte et l’image, ou encore de la circulation en Europe des modèles dans la xylographie dans le premier siècle de l’imprimerie. Elle a partiellement exploité ce corpus dans ses nombreux articles.

Continuer la lecture