Compte rendu – Réunion du 16 décembre 2016

Sont présents : Gabrielle Andries, Pierre-Marc De Biasi, Lizzie Boubli, Ségolène Le Men, François-René Martin, Félicie de Maupeou, Éric Pagliano, Floriane Philippe, Richard Walter.

Le nouveau numéro de la revue Genesis sur la bande-dessinée est sorti. Il donne largement la parole aux créateurs. Pierre-Marc De Biasi espère qu’une structure de recherche à l’ITEM pourra être créée sur ce domaine très riche, dont beaucoup d’archives restent encore non étudiées.

En ce qui concerne l’avenir du laboratoire, P.-M. De Biasi rappelle que la mise à jour du site reste à faire. Il faudra notamment ajouter des articles en ligne. Le lien pourra être fait avec le blog DIGA. Par ailleurs l’équipe va devoir déposer prochainement un projet de plan et de financement pour l’année 2017.

Calendrier 2017 :

P.-M. De Biasi rappelle le projet de manuel pour 2018, sous la forme d’un beau livre d’environ 250 pages.

Les dates des prochaines réunions ont été fixées :

– 6 février, voyage à Lyon. Possibilité de se réunir l’après-midi, avant le retour, en faisant la visite de l’exposition Matisse jusqu’à 13h.

– 17 mars, 10h-12h30

– 5 avril, 10h-12h30

– 17 mai (possibilité de faire le lien avec le séminaire de Ségolène Le Men l’après-midi)

– une dernière séance à fixer (dernière semaine de juin ou première semaine de juillet)

Ségolène le Men informe de la tenue d’une journée d’études sur l’atelier, au Louvre, le 18 mars.

Présentation du projet de recherche de Félicie de Maupeou :

La bibliothèque : un objet complexe. Ce qu’on étudie, c’est un état de conservation. De plus, les artistes ont souvent plusieurs bibliothèques. Le projet étudiera le rapport entretenu par l’artiste avec ses livres : il y a des livres jamais lus, d’autres lus et relus. Il s’agit de repérer les traces de lectures (correspondance, fiches de lecture, carnets de notes, témoignages de contemporains). Le projet est fondé sur une vaste recherche documentaire : 50 fonds repérés actuellement. Il s’agira de contacter les institutions et les chercheurs pour dresser une cartographie des fonds. Approche comparatiste, par mouvement ou communauté d’artistes. Le projet commencera par s’intéresser aux bibliothèques d’impressionnistes, puis les académiques (Fromentin, Rosa Bonheur…), les surréalistes (qui utilisent l’objet livre dans leurs œuvres), les expressionnistes abstraits (déplacement de la capitale artistique vers New York). Le projet sera enrichi d’entretiens avec des artistes et d’une réflexion sur les enjeux patrimoniaux. L’objectif principal est la mise en œuvre d’une vaste base de données, qui sera à la fois l’outil et un des enjeux du projet. Elle sera accessible en ligne pour les chercheurs.

Le projet se découpe en trois phases :

– deux ans consacrés à l’étude du premier corpus

– mise en ligne des résultats de l’enquête : cartographie des fonds. Colloque avec publication. Lancement de la recherche sur d’autres fonds.

– ouverture vers l’étranger

Les résultats de ces recherches seront diffusés sous la forme de publications ou d’expositions (virtuelles ou in situ).

Discussion :

Pierre-Marc De Biasi propose de mettre davantage l’accent sur l’exposition et les questions de scénographie : qu’est-ce que la recherche pourrait apporter aux modes de présentation des bibliothèques ? Il pose également la question des revues et des catalogues d’exposition, très présents dans les bibliothèques d’artistes : prolifération des documents iconographiques (le projet prévoit d’inclure à la base de données des reproductions d’illustrations). Il faut aussi considérer la bibliothèque dans la dimension de sa transmission, et notamment comme patrimoine familial.

Ségolène Le Men demande si les peintres seuls seront étudiés.

Pierre-Marc De Biasi évoque les photographes, car la photographie existe beaucoup par le livre.

François-René Martin rappelle que les artistes mettent souvent des livres dans leurs installations. Ils adorent aussi faire des livres de livres.

Éric Pagliano informe que la librairie du Centre Pompidou propose des sélections de livres recommandés par des artistes.


Cette entrée a été publiée dans Projet DIGA, et marquée avec , , le par .

À propos Floriane Philippe

Ancienne étudiante en classe préparatoire littéraire (Lycée Montaigne, Bordeaux), titulaire d'une licence en Histoire de l'Art et en Philosophie. Intègre l'École du Louvre en première année de master et obtient le diplôme de Muséologie avec un mémoire sur la "Genèse de la notion de "patrimoine de l'humanité" dans l'Entre-deux-guerres". Intéressée par l'esthétique et la théorie de l'art, les arts du XIXe siècle, les processus de création et l'histoire des idées.