Compte rendu – Journées d’études, Venise, 3-6 octobre 2016

La Fondation Cini (Venise) a accueilli l’équipe « Histoire de l’Art » de l’ITEM pour un séjour d’études, du 3 au 6 octobre 2016. Cette première réunion de l’année universitaire 2016 – 2017 était l’occasion de tirer un bilan de l’évolution des différents projets ainsi que de planifier les travaux pour l’année à venir.

Compte rendu

Participants : Ilaria Andreoli, Gabrielle Andries, Pierre-Marc De Biasi, Lizzie Boubli, Pascale Cugy, Marianne Jakobi, Ségolène Le Men, François-René Martin, Éric Pagliano, Floriane Philippe, Richard Walter.

Objets du séminaire :

– Publications et colloques en préparation

– Avenir de la base de données DIGA

– Organisation du séminaire d’équipe (2016-2017)

Le premier point abordé porte sur le projet d’une publication permettant de synthétiser les résultats déjà obtenus dans le cadre du programme DIGA et des différents travaux de l’équipe. Il s’agit de concevoir pour 2018 un livre qui prendrait la forme d’un manuel de génétique artistique comportant une partie définitionnelle et une partie d’exemples monographiques. Pierre-Marc De Biasi suggère de distribuer le travail entre les différents membres de l’équipe pour les entrées principales. Par ailleurs la base DIGA reste indépendante de cet ouvrage et doit continuer à se développer. Elle constituera une sorte de brouillon vivant pour le livre, qui peut être conçu comme une sorte d’extrait significatif de la base. P.-M. De Biasi rappelle également l’importance du multilinguisme pour ce dictionnaire.

Les textes pourraient être produits à l’occasion d’une série de journées d’études, avec un rendez-vous dans un an pour faire le point sur ce qui a été réalisé. Ces réunions seraient l’occasion pour chacun de parler de ses propres travaux, sous la forme d’études de cas personnelles.

Il convient pour la partie dictionnaire de l’ouvrage de s’intéresser aux notions les plus universelles, en explicitant les liens qu’elles entretiennent les unes avec les autres. Il semble par exemple indispensable de traiter : calque, composition, copie, correction, croquis, dessin, ébauche, esquisse, étude, mise au carreau, modèle, repentir. Un effort de théorisation dans la définition scientifique de chaque concept est nécessaire, avec pour objectif d’identifier la place de ce concept dans la succession des opérations de création, comme cela a été fait en littérature, pour la bande-dessinée, le cinéma, les sciences, etc. Le livre accueillera un nuage conceptuel traité de manière systématique ainsi que des études de cas du XVIe siècle à aujourd’hui.

Il n’existe pas à l’heure actuelle de manuel sur la génétique artistique en histoire de l’art. Le livre constituera une première proposition de vocabulaire théorique et on doit donc viser un ouvrage de référence. Il sera destiné aussi bien aux spécialistes de la discipline qu’au monde étudiant et aux amateurs. Il devra être relativement court, dans un grand format pour bénéficier d’une iconographie significative. La partie de lexicographie scientifique (glossaire d’une vingtaine de notions génétiques cardinales) pourrait être avantageusement suivie par une vingtaine de monographies et d’études de cas, où chaque membre de l’équipe pourra présenter une étude de corpus dont il est spécialiste.

À propos de DIGA, P.-M. De Biasi souhaite que cet outil soit bien enrichi en décembre. Il faudra faire des choix dans la liste des entrées pour le brouillon du livre. P.-M. De Biasi évoque aussi la possibilité de faire une présentation au labex d’une dizaine de fiches. Il souhaite par ailleurs incorporer à la base une sélection de textes, sorte de bibliographie sélective.

Tour de table : chacun propose une notion qu’il ou elle souhaite traiter, ainsi qu’un corpus.

– P.-M. De Biasi souhaite faire des propositions d’organisation tabulaire des concepts, comme il a pu le faire récemment pour le numéro de Genesis consacré à la bande dessinée. Il aimerait travailler sur les textes de Paul Klee des années 1920, qui ont besoin d’une nouvelle traduction.

– Ségolène le Men est intéressée par la notion d’« espace-temps ». Elle donne pour exemple la peinture de Monet, qui n’est pas produite « sur le moment » comme on le suppose. C’est un travail par étapes, couches successives. Ce phénomène peut être rapproché de certaines mutations enregistrées au tournant du siècle : notamment un changement dans la perception de l’espace-temps, à l’époque de l’invention du cinéma. Elle rappelle par ailleurs ses travaux actuels : sur l’album, les musées imaginaires et les bibliothèques d’artistes.

– Ilaria Andreoli a découvert dans les fonds de la fondation Cini des dessins préparatoires pour un ensemble de bois gravés, ainsi que des bois dessinés et des planches. Ce projet d’illustration (XVIIIe siècle) a été abandonné en cours de création pour des raisons de changement de technique (du bois au cuivre). I. Andreoli a pu isoler deux corpus de dessins. P.-M. De Biasi lui propose de travailler sur la génétique appliquée à cette technique et/ou sur le passage du français à l’italien pour le vocabulaire propre à ce domaine.

– Lizzie Boubli aimerait travailler sur un sujet mal connu : les traces de l’oralité dans le processus de création, et particulièrement les traces laissées par les discussions entre commanditaires et artistes. A défaut d’enregistrements évidemment inexistants pour la période classique, elle pense travailler à partir des annotations que l’on peut trouver, dans certains cas, sur les feuilles dessinées et autres documents préparatoires des artistes ou de leurs ateliers. En termes de corpus, elle dépouillera tous les types de traces qu’elle pourra trouver, en essayant d’établir une typologie des sources.

– Marianne Jakobi rappelle son intérêt pour les titres et l’écriture dans les œuvres. Par ailleurs elle travaille actuellement sur la notion de « trace » avec une journée d’étude le 4 avril : « Quelles traces pour l’histoire de l’art et l’archéologie ? ». Elle se développera en trois thématiques : la trace de fabrication ; la trace de l’usage ; la trace comme méthode et changement épistémologique. Elle soulève une seconde notion sur laquelle elle souhaiterait travailler : les anachronismes, la pluralité des temporalités. La coexistence de différentes temporalités dans une même œuvre, qui peut se traduire par différents phénomènes de décalage par rapport à la période.

– Pascale Cugy pourrait travailler sur ce que nous apprend la technique de l’estampe pour la mise en évidence de différents états dans la genèse d’une œuvre ou d’un artefact artistique. Pour cette étude des séquences, son corpus serait celui des gravures de mode, du XVIIe au début du XVIIIe siècle, un objet marchand autant qu’artistique.

– Gabrielle Andries en est encore au début de sa recherche et commence seulement à aborder le domaine des questions théoriques. Son corpus est l’œuvre d’Eugène Rudier, fondeur actif de 1897 à 1952 qui a travaillé avec une soixantaine d’artistes. Il s’agit d’un fonds inédit constitué de correspondances, documents administratifs… Le fondeur se présente comme un intermédiaire, c’est auprès de lui qu’on passe généralement commande. Il a aussi un rôle de soutien des artistes, presque de mécène. Outre une documentation technique et financière, le fonds comporte une importante collection de photographies de l’atelier et des différentes étapes de la réalisation des œuvres. Cette iconographie porte notamment sur la Porte de l’Enfer de Rodin. Pour P.-M. De Biasi, il serait peut-être intéressant de traiter l’histoire d’une œuvre significative de ce type, en se centrant sur le travail du fondeur, ses relations avec l’artiste, etc.

– E. Pagliano, en poursuivant ses recherches sur le dessin italien, aimerait travailler sur une singularité des dossiers de genèse en histoire de l’art : la difficulté de s’en tenir à des dossiers génétiques clos qui ne porteraient à chaque fois que sur la genèse d’une seule œuvre. Il souhaiterait donc porter son attention sur des dessins qui engagent plusieurs genèses et qui doivent donc s’inscrire dans plusieurs dossiers génétiques.

– F.-R. Martin s’intéresse à deux questions en lien. D’abord la notion de début introuvable. Il donne l’exemple de Raphaël et la Fornarina de Ingres. Il croyait avoir identifié le tout premier dessin, mais en réalité on se trouve devant 4-7 dessins indatables qui pourraient tous être le premier. La deuxième question est celle du début différé ou interminable. On a chez Ingres de très longues périodes de gestation des œuvres, et aussi des œuvres véritablement interminables. Il y a aussi des œuvres récurrentes.

Concernant l’organisation du séminaire, F.-R. Martin propose que soient présentées deux communications par séance, à raison d’une séance par mois, en fonction de l’état d’avancement des travaux des uns et des autres.

Pour la publication, P.-M. De Biasi indique qu’il faut compter presque un an de fabrication. Il souhaiterait que le manuscrit de l’ouvrage soit prêt pour début 2018. Il faudrait un livre pas trop gros mais dense, avec des zooms encyclopédiques (15 à 20) sur des dossiers. Il aimerait que le manuel ne fasse pas plus de 250 pages. L’unité de référence sera la double page (2 doubles pages par dossier), en comptant 80 à 100 pages pour les dossiers. Une double page par dossier minimum, trois si besoin.

Il faudrait obtenir à l’automne 2017 la possibilité de se rencontrer dans de bonnes conditions pour synthétiser les résultats du séminaire (des journées d’études, peut-être à la Fondation des Treilles). Il faut aussi organiser le projet dans ses rapports avec la publication de Lizzie Boubli en 2017 (L’Invention de l’esquisse en Italie à la Renaissance) et la préparation d’un grand colloque international sur l’esquisse en 2019, en comptant le temps nécessaire pour le livre. Des financements seront demandés pour ces projets de colloque et de journées d’études. Des réunions fermées seront nécessaires pour aboutir à une présentation publique de l’ensemble de ces travaux, peut-être sous la forme d’une décade à Cerisy en 2019.


Cette entrée a été publiée dans Comptes-rendus de séminaire, Projet DIGA, et marquée avec , , le par .

À propos Floriane Philippe

Ancienne étudiante en classe préparatoire littéraire (Lycée Montaigne, Bordeaux), titulaire d'une licence en Histoire de l'Art et en Philosophie. Intègre l'École du Louvre en première année de master et obtient le diplôme de Muséologie avec un mémoire sur la "Genèse de la notion de "patrimoine de l'humanité" dans l'Entre-deux-guerres". Intéressée par l'esthétique et la théorie de l'art, les arts du XIXe siècle, les processus de création et l'histoire des idées.